Maître Wade, son fils Karim et le PDS: Destin occulte (Par Seydou Diouf)

Dakarmidi – Depuis l’alternance en 2000, le PDS vit et continue de vivre un processus qui, caché au début, est devenu affiché, debout, encombrant et même dangereux pour notre échiquier politique :
Il s’agit du processus de « KARIMISATION » du pouvoir .
En effet , de la « DESECKISATION » à la « DEMACKISATION », on passe à la « DEMADIKESATION » qui continue de défrayer la chronique.
Seulement, la « DEMACKISATION » (laquelle a coûté très chère au PRÉSIDENT Wade et au PDS ) avait déshonoré la république et l’image de notre ASSEMBLÉE NATIONALE ternie à la face du monde.

Le discours du président macky sall évincé à l’Assemblée Nationale le 09 novembre 2008 opine dans ce sens.  » notre pays le Sénégal, naguère réputé pour son ancrage démocratique vient de vivre l’un des moments les plus graves de son histoire politique ouvrant ainsi une page institutionnelle qui n’honore aucune démocratie.
La majorité parlementaire vient en effet d’adopter un arsenal juridique ramenant le mandat du président de l’assemblée nationale de cinq à un an avec effet rétroactif en violation manifeste des principes universels de droit.

Plus loin dans le discours, le président macky sall poursuit
» Après que les intimidations n’eurent pas produit l’effet escompté
Après que les rumeurs et médisances sur ma personne eurent été ignorées, il fallut que l’on usat de la sacralitè de la loi pour servir l’ostracisme.
En effet , répondant à la question d’alassane samba Diop à l’émission « et si on en parlait de la tfm » en 2011 vous êtes victime de l’ambition du fils. ?

Et le président Macky sall de répondre  » l’ambition du fils, on ne peut pas le nier car c’est une réalité qui est là. Je pense qu’à un moment j’étais l’obstacle qu’il fallait éliminer . Mais ce n’est pas important parce que je suis là. Et ceux qui m’ont enlevé pensaient qu’en m’enlevant de ma position de président de l’Assemblée Nationale, je disparaîtrais. En tous cas, l’histoire a démontré que l’existence politique de macky sall ne dépend pas d’un poste qu’il occupe.

Parlant toujours du processus de « KARIMISATION » du pouvoir , on se souvient pour ne pas l’oublier aux locales du 22 mars 2009 (karim investi sur les listes de Dakar ), après la défaite cuisante du Pds dans presque toutes les localités, Maître Wade Président et sg du Pds, refusant de tirer les grandes leçons de ce scrutin, fait un rèamènagement du gouvernement d’alors et donne tous les pouvoirs à son fils karim Wade, un super ministère, un ministère du ciel et de la terre, un ministère d’état chargé du Sénégal pour reprendre les termes du politologue babacar Justin ndiaye : ministre de la coopération internationale de l’aménagement du territoire, des transports aériens, des infrastructures, de l’énergie et une partie des finances de notre pays.

Ce que beaucoup d’analystes avaient qualifié comme une défiance et un manque de respect total envers le peuple Sénégalais.
Une manière de dire à ce peuple  » vous avez rejeté mon fils mais je lui donnerai tous les pouvoirs  »

Pire, après la débâcle du Pds aux locales de 2009, le PDS lance une opération de placement des cartes où le maître mot était de favoriser les karimistes pour que karim Wade passe durant le congrès (qu’il voulait avant la présidentielle de 2012 ) Sg du Pds et candidat du parti en 2012.

C’est dans cette mouvance que le Pds a voulu changer de nom en PDSL (Parti Démocratique Sénégalais Libéral ) comme si le libéralisme a commencé avec la génération du concret de karim wade.

Maître Wade, conscient et convaincu que ses stratégies de positionnement de son fils ne mobilisent pas, joue la carte d’un troisième mandat et déclare sa candidature.
Le 25 mars 2012, c’est connu Macky sall est élu Président de la République et hérite d’une situation économique catastrophique où Wade lui même disait  » dans trois mois, les salaires ne pourront plus être payés « .
Devant un super ministère bardé de cafards, l’état du Sénégal à travers sa juridiction lance la traque des biens mal acquis et accuse karim wade d’avoir détourné illicitement 138 milliards.

Condamné le 23 mars 2015 à 6 ans de prison ferme après avoir été sous mandat de dépôt pendant 2 ans, il bénéficie d’une grâce présidentielle le 24 juin 2016. L’homme s’exile au quatar et prépare avec une partie du pds et son père qui tient le gouvernail, des stratégies de sabotage d’ingouvernabilitè et d’instabilité du régime.
Les discours guerriers et apocalyptiques de certains responsables du pds frisent le ridicule et le confirment  » si macky veut du feu, il aura du feu  » si karim Wade n’est pas candidat, il n’y aura pas d’élections au Sénégal  »

Pire encore, l’attitude du Pds dans le parrainage taraude les esprits.
En imprimant pour leur propre compte des fiches de parrainage avec la couleur et l’effigie de leur parti, le pds a fini de montrer qu’il ne respecterait pas les règles établies.
A cet égard, nous saluons la démarcation de certains cadres libéraux qui refusent de ne pas entrer dans le jeu de l’équipage Wade qui veut mener la barque bleue (si son fils ne passe pas ) vers des lendemains obscurs voire incertains.

Au delà des stratégies de sabotage et d’inquiétudes , nous pensons que
L’état du Sénégal qui est au dessus de l’apr et de la mouvance présidentielle prendra le moment venu ses responsabilités et fera face à toute entreprise menant à des dérives langagières et physiques.

Le conseil constitutionnel qui est le seul et unique organe habilité à statuer sur les candidatures dira le droit. De ce fait , le peuple sénégalais appréciera et tirera les conclusions qui s’imposent.

Quant au Président Macky Sall, il continue son bonhomme de chemin. Un chemin qui était au début truffé de couacs et de traquenards parce que l’héritage en 2012 étant scandaleux et lourd.
Depuis le 25 mars 2012, avec efficacité et pragmatisme, le Président Macky Sall a fait connaître notre cher pays de nombreuses mutations et de profonds bouleversements socio économique transformant considérablement les conditions de vie de nos compatriotes: elles sont incontestablement au vu et au toucher de toutes et de tous .
Malgré la diffamation l’intoxication et les fake news étalées ça et là, les sénégalais rèèliront dès le premier tour le Président Macky sall en vue de continuer cette vaste opération de construction nationale déjà entamée .
Vive le président macky sall

SEYDOU DIOUF
PORTE PAROLE APR DAKAR PLATEAU.