Le souffle des vices (Par Mame Cheikh Faye)

Les idéologies importées ont fini par détruire le tissu social au point où ses cellules de base s’en trouvent profondément traumatisées, disloquées, les vertus massacrées, les consciences rabaissées, parce que les espoirs évanouis et les animosités en filigrane, avérées.

Ils voulaient rassembler nos airs dans une case, pour reprogrammer notre marche, d’autres s’affairaient à inciter nos belles femmes à s’adapter à la liberté vicieuse et dangereuse qu’ils avaient finie de façonner à l’évocation de leur convenance.

Ressaisissons-nous, luttons contre nos âmes charnelles pour rester pur et indépendant dans le couloir si exigu de la foi. Ainsi, s’opérera le déploiement du bouclier magnétique qui par la grâce du Seigneur le tout puissant nous immunisera à jamais contre les attaques à outrance d’autres esprits, disciples de Dante.

J’ai tord d’écrire, vous avez tord de me lire, nous passerons notre temps à nous déchirer devant la futilité, cette dernière est creusée pour pousser la vie et la mort à devenir des esclaves d’un ordre qui fait naître une nouvelle oligarchie.

Debout tous, pour signer la fin de cet ordre qui ne dit pas son nom, qui asphyxie nos cultures et nous impose ses règles, en déphasage avec les valeurs qui fondent l’homme, comme par négligence collective, les sociétés publiques laissent place aux sociétés secrètes.

Mame Cheikh Faye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom