‘le Sénégal, pays de pêcheurs, n’est pas assez transparent pour donner les véritables informations sur les ressources disponibles’ Birahim Seck

C’était au cours d’un séminaire devant créer l’association des présentateurs d’émissions pêche des radios communautaires. La rencontre avait comme thème : « Atouts et contraintes pour une bonne gouvernance des ressources halieutiques au Sénégal ».

« Le secteur a besoin d’être accompagné de transparence par rapport à la disponibilité et à l’exploitation des ressources, par rapport aux licences signées par l’Etat et leurs partenaires et par rapport aux bateaux qui sont en train d’exercer dans les eaux sénégalaises. Un danger guette la pêche au Sénégal », a indiqué Birahim Seck.

Ils rappellent que les acteurs ont toujours interpellé le ministère de la Pêche afin qu’il publie les licences de pêche qu’il a eu à signer mais également le nombre de bateaux qu’il y a dans les eaux du Sénégal.

Il invite en outre le président Macky Sall à concrétiser son engagement fait en février 2016 en Mauritanie.

« Il avait promis de faire adhérer le Sénégal à l’initiative Fisheries Transparency Initiatives (Fiti). L’engagement était une étape nécessaire mais insuffisante. Depuis 2016, nous avons eu le ministre Omar Gueye, Aminata Mbengue Ndiaye et le ministre Alioune Ndoye : jusqu’à présent le Sénégal n’a pas consolidé ses acquis, ni concrétisé son adhésion à la Fiti. La Fiti est un instrument qui permet au Sénégal d’avoir une vue globale sur sa corbeille législative et réglementaire en matière de pêche et d’avoir également des informations sur la disponibilité des ressources et des montants alloués d’une part par les bailleurs et d’autre part par l’État. C’est une interpellation à l’endroit du président pour l’inviter solennellement à respecter l’adhésion du Sénégal à la Fiti et du ministre du secteur de la pêche d’être plus ouvert et plus transparent (puisque ce sont) des ressources qui appartiennent aux Sénégalais ».

Il trouve paradoxal que même si dans la constitution il est dit que les ressources appartiennent au peuple sénégalais : le Sénégal, pays de pêcheurs, n’est pas assez transparent pour donner les véritables informations sur les ressources disponibles.

Laisser un commentaire