La caravane Ñoo Lank accroche du monde et prend des proportions monstrueuses

Alors que la Plateforme avait appelé à une manifestation plurielle, sa mobilisation a pris des proportions monstrueuses, avec la sortie de milliers de jeunes, vieux et de femmes.

Malgré l’intrusion inopportune de perturbateurs de l’intérieur du campus social de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar qui ont jeté des pierres sur la caravane, au point de causer des blessures, mais heureusement rapidement dispersés par les forces de l’ordre, les manifestants ont continué leur procession, sous l’escorte des éléments du groupement mobile d’intervention (GMI).

La marche de collectif Citoyen est cette fois-ci, autorisée par le Préfet de la ville de Dakar. Dans l’arrêté préfectoral, l’autorité a mis en garde les manifestants contre tout débordement. « Cet arrêté exclut tout débordement susceptible de perturber la circulation des personnes et des biens« , mentionne le document en son article 2, mais Alioune Sané le cordonnateur de Y en à marre, qui avait vite compris l’équivoque, lui avait répliqué que ce message doit s’adresser à ceux qui sont extérieurs au collectif Noo Lank, et qui voudraient peut-être saboter la marche. Ce qui a été confirmé par l’intrusion des jeteurs de pierres qui seraient des militants de l’Apr.

Le Collectif citoyen composé d’une quarantaine d’organisations revendique toujours la libération de l’homme fort du Front pour la Révolution Anti impérialiste Populaire et Panafricaine « Frapp France Dégage », Guy Marius Sagna et la baisse du coût de l’électricité au Sénégal.