Kidnapping d’un Autrichien à Dakar : les liaisons dangereuses d’internet

Ossas Nicholas, une jeune nigériane et sa « belle famille » ont été arrêtées et mis à la disposition du procureur hier. Ce pour avoir kidnappé Rimeldo Mozaeir, un autrichien d’origine avec demande de rançon. 

Arrivé ce 16 janvier à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD), le ressortissant autrichien a rencontré Ossas Nicholas, une jeune  et belle nigériane qu’il avait connu sur afrointroductions.com, un site de rencontres dans lequel il avait posté son profil.

Lorsqu’il sort de l’aéroport, après les formalités, sa Ossas était là en plus des membres de sa famille, qui pour l’occasion, avaient loué une rutilante voiture. Tout se passe bien dans la tête de Rimeldo, qui sous le charme de sa belle africaine, se rend avec Ossas Nicholas à la mairie de Nimzatt, dans le bureau de l’officier d’état civil,  pour préparer les formalités du mariage. Pour ces préparatifs, il allait dépenser presque tout le cash qu’il avait avec lui.

C’est le début de l’enfer pour Rimeldo car la belle fée se transforme en diablesse. Rimeldo est enfermé dans une pièce sombre, ses cartes bancaires vidées. En Autriche,  les membres de sa famille  s’inquiètent de ne plus recevoir de ses nouvelles. Son téléphone était éteint et il ne répondait pas aux mails.

Le 20 janvier, un de ses proches reçoit  un mail troublant dans lequel il est informé que Rimeldo est pris en otage et qu’à défaut du paiement d’une rançon, il ne sera pas libéré. Dans un premier temps, les ravisseurs réclament 200.000 euros et fixent un ultimatum. La police autrichienne est saisie d’une alerte d’enlèvement avant que l’information ne soit transférée à l’Ambassade de ce pays au Sénégal.

L’ambassadeur saisit immédiatement les autorités policières qui font appel aux experts de la Division spéciale de lutte contre la cybercriminalité, un démembrement de la police judicaire. Les « experts » ont réussi à suivre la piste, les mis en cause sont arrêtés et placés en garde à vue.

L’Autrichien, sous le choc est libéré et conduit, avec ses deux ravisseurs, à la Cité police. Les autres membres de la famille ont aussi été arrêtés et mis à la disposition du Procureur,  mercredi, rapporte le journal « Libération ».