Coronavirus : Un premier cas existerait en France avant janvier (Source sanitaire)

Le coronavirus circulait-il en France avant le premier cas officiellement répertorié, le 24 janvier?
C’est l’hypothèse formulée par le professeur Yves Cohen, chef de service de réanimation de l’hôpital Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis), et de l’hôpital Jean-Verdier, à Bondy (Seine-Saint-Denis), au sein de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). «Nous avons eu un cas positif au Covid-19, le 27 décembre dernier, quand il était hospitalisé chez nous à Jean-Verdier», a déclaré le Pr Yves Cohen, ce dimanche sur BFMTV.
Selon le Parisien qui rapporte l’information, il s’agit ici, d’un travail rétrospectif d’analyse des tests sérologiques PCR effectués sur les 24 patients atteints de pneumonie en décembre et janvier dernier, dans ces deux hôpitaux, qui a conduit à cette conclusion.
Le Dr Olivier Bouchaud, infectiologue dans ce même hôpital Avicenne, confirme cette hypothèse à son tour. Il dit : «J’ai eu connaissance de ces résultats. Des prélèvements de PCR sur un patient montrent bien qu’il a développé un Covid. Nous avons bien eu un premier cas en France dès le 27 décembre. Ces prélèvements PCR dans les poumons avaient été gardés et on a pu les réanalyser».
«Le virus circulait plus tôt que prévu»
Selon Dr Bouchaud, cela suggère que le virus circulait plus tôt que prévu sur le territoire français, dès la fin décembre. «Ce n’est pas étonnant, lorsque l’on sait que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’il circulait en Chine dès le 8 décembre, au moins. Et avec la multiplication des voyages, il est normal que le virus soit apparu rapidement en France», soutient-il.
Il faut rappeler que jusqu’à présent, les premiers cas officiellement recensés en France sont ceux de trois personnes, le 24 janvier. Il s’agissait d’un Français d’origine chinoise et de deux touristes chinois ayant séjourné à Wuhan, le foyer d’origine de l’épidémie. Ils avaient été pris en charge à l’hôpital Bichat à Paris, et au CHU de Bordeaux. Sollicité dimanche soir, le ministère de la Santé n’a pas donné suite à nos demandes.