Chronique de Doss: « Président, ayez pitié… »