Affaire viols et menaces de mort: « » Je tiens à ce que la procédure de levée de l’immunité parlementaire soit respectée » Ousmane Sonko

Ousmane Sonko a déclaré qu’il ne va pas répondre à la convocation des gendarmes de la Section de Recherches de Colobane demain lundi à 11 heures. Ainsi, il considère cette accusation de viol comme le dernier ou l’avant-dernier combat avec la Présidentielle de 2024. 
« Ce que j’attends de nos militants, des sympathisants, des Sénégalais est de ne pas vous y tromper. Ce qui est enjeu est l’aboutissement de notre combat en 2024. C’est le temps de l’action, fini les commentaires. L’heure n’est pas aux concialiabules, aux discussions de salon.
Macky Sall ne connaît que le rapport de force, il ne connaît pas le droit. Nous avons vécu toute tentative de liquidation depuis longtemps », a-t-il soutenu.  Avant d’avancer: « Nous devons faire montre de la même détermination ou sinon plus. Notre moment de vérité est arrivé. Le combat s’annonce mortel. Le mot n’est pas de trop. C’est le prix qu’il faut payer. Cette confrontation peut commencer dès demain. J’ai reçu une convocation qui m’a été amenée par un commandant. Après concertation avec mes avocats, nous avons décidé de ne pas déférer à la convocation ».
Ousmane Sonko de faire remarquer qu’on ne peut pas convoquer un député en cours d’exercice.
« Je tiens à ce que la procédure de levée de l’immunité parlementaire soit respectée.
Si l’Assemble le lève mardi 9 heures, à 9 heures 05 minutes, je serai à la Section de Recherches de Colobane », a laissé entendre le patron du Pastef, ce dimanche 7 février, lors de la déclaration, tenue chez lui.
Par ailleurs, Ousmane Sonko annonce une plainte contre la masseuse Adji Sarr qui dit-il, aurait reçu de l’argent.