Affaire Tamsir Sané : Les gendarmes accusés d’avoir ouvert le feu sur leur défunt commandant

Rebondissement dans l’affaire du meurtre de Tamsir Sané, l’adjudant-chef et commandant de la Brigade de gendarmerie de Koumpentoum, dans la région de Tambacounda.
Il a été assassiné, dans la nuit du 25 au 26 juillet 2019, lors d’un braquage du bureau de Poste-Finances de la localité, par une bande armée de fusils d’assaut.
Lors du procès tenu hier, la défense accuse les gendarmes d’avoir abattu le commandant Sané, rapporte Les Échos dans sa livraison de ce vendredi.
Selon l’avocat Abdoulaye Sène, la balle qui a tué Sané ne pouvait provenir de la Poste mais des gendarmes qui étaient à l’arrière du véhicule.
« Ce n’est qu’une personne qui surplombait le commandant qui pouvait être l’auteur de ce tir. D’autant plus qu’il y a des impacts de balles sur le toit du véhicule », charge la robe.
L’avocat croit savoir que les gendarmes ont tiré sur le commandant par manque d’expérience ou de maladresse.

Laisser un commentaire