Abdou Diouf, Dabakh Malick et le retard de l’hivernage en 1980: les confidences de l’ancien chef d’état

« Serigne Abdou Aziz Sy est un saint homme, non seulement un thaumaturge mais un homme de Dieu. En 1980, une sécheresse implacable était en train de s’installer au Sénégal. Jusqu’au 27 juillet, il n’y avait pas de pluie, je m’en suis alors ouvert à Serigne Abdou.

Au demeurant, j’avais constaté qu’à chaque fois que j’étais confronté à des difficultés et que je lui en faisais part, je ne sais par quel miracle, ces difficultés s’estompaient. Chaque fois que je lui disais avoir quelques soucis sur telle ou telle question », le lendemain, je commençais à trouver des solutions.

C’est donc naturellement que je lui fis part de ma préoccupation face à cette sécheresse. Il me dit : « Abdou, moi je ne sais rien faire, c’est Dieu seul qui décide de tout et moi je ne peux que demander (les faveurs divines) Senghor n’est pas là (Le Président était en voyage) mais si tu peux prendre la décision de fermer tous les lieux de plaisir (bars, dancings, cinéma etc.) , que tu me donnes la chaîne nationale de la radio, que je parle.» Alors on a fait ça. Le 27 juillet, il n’y avait pas un seul nuage ; alors pendant toute la journée, il a récité, à prié et lu le Coran et le soir, il y a eu une pluie diluvienne sur l’ensemble du Sénégal.

Cela dépasse l’entendement mais c’est pour dire que vraiment, c’était un homme de Dieu. Quand j’allais le voir, je lui remettais toujours de l’argent, il mettait l’enveloppe sous son oreiller et la première personne qui venait, il la lui donnait. »
-dixit Abdou Diouf, président du Sénégal de 1981 à 2000

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom