Qu’est-ce que le cystadénome mucineux géant de l’ovaire ?

Dakarmidi – Le cystadénome mucineux géant de l’ovaire se définit comme une lésion néoplasique. Autrement dit, comme une prolifération cellulaire indiscriminée d’un tissu qui envahit les tissus adjacents. Dans ce cas, elle est dérivée des cellules épithéliales de l’ovaire.

Par ailleurs, il provient d’une métaplasie ou transformation de l’épithélium des cellules de la couche qui recouvre l’ovaire. En d’autres termes, le mésothélium de l’ovaire. En raison des caractéristiques de ces cellules, elles ont le potentiel d’atteindre une grande taille.

Certains cystadénomes mucineux géants contiennent du tissu épithélial de type intestinal. Ces derniers présentent un potentiel de malignité plus important, et peuvent éventuellement conduire à un cancer des ovaires. Actuellement, 1 femme sur 70 développe ce type de cancer au cours de sa vie.

Principales caractéristiques

Une jeune femme avec le ventre gonflé;

Le cystadénome mucineux géant se caractérise par la présence de plusieurs glandules et kystes, avec un diamètre compris entre 10 et 15 cm. Ceux-ci sont recouverts par des cellules épithéliales avec une quantité abondante de mucine. Cette substance est le principal composant des sécrétions muqueuses et salivaires.

La caractéristique la plus importante de ce type de tumeurs est sa capacité à atteindre une grande taille. En 1982, on a relevé la présence d’un cystadénome mucineux géant de l’ovaire qui pesait 87,7 kilogrammes. C’est le plus impressionnant en termes de taille de ces 50 dernières années. Un cystadénome mucineux est catalogué comme géant lorsqu’il dépasse les 12 kilogrammes.

Ce type de tumeur ovarienne possède une forme circulaire, de couleur bleue et de texture lisse. Elle a parfois une apparence translucide et présente des cloisons internes. Celles-ci se composent d’un liquide visqueux et transparent.

Il faut préciser que les ovaires ne perdent jamais la possibilité de générer des tumeurs. C’est pourquoi, elles peuvent apparaître à n’importe quel âge dans la vie d’une femme. Les tumeurs des ovaires sont l’une des néoplasies les plus communes chez la femme. Et l’une des plus dangereuses, car elles ne sont pas perceptibles à un stade précoce.

Manifestations du cystadénome mucineux géant de l’ovaire

La manifestation clinique la plus courante est l’augmentation du périmètre abdominale. Elle s’accompagne d’une masse intra-abdominale palpable au toucher. Il est rare qu’il y ait des douleurs ou autres symptômes, même pendant l’examen physique.

Dans certains cas, la croissance excessive de la tumeur entraîne une torsion, une hémorragie ou une rupture. Cela donne lieu à des symptômes de distension abdominale, avec une douleur oppressive dans l’hypogastre et autres symptômes gastro-intestinaux et urinaires.

Pour confirmer le diagnostic et établir la malignité ou la bénignité de la tumeur, il est nécessaire de réaliser des examens d’imagerie. En général, on procède à une échographie ainsi qu’une tomographie du ventre. L’échographie offre généralement une grande fiabilité à cet égard.

Si un kyste malin est suspecté mais ne peut être examiné à travers des examens d’imagerie, il faut effectuer une laparotomie exploratoire. Au cas où la tumeur est symptomatique, il est nécessaire de l’évaluer le plus rapidement possible.

Schéma de l'appareil génital féminin.

Autres données à savoir…

Les informations cliniques signalent que l’incidence la plus élevée des tumeurs ovariennes se présente entre les 35 et 65 ans d’âge. Cette étape correspond au climactérique, une phase pendant laquelle de multiples changements se produisent au niveau de la fonction reproductive.

Bien que certaines tumeurs soient hormonalement actives, la grande majorité génèrent seulement des symptômes légers, jusqu’à ce qu’elles atteignent une grande taille. Les formes bénignes, en particulier, ont tendance à être asymptomatiques et surviennent généralement comme une découverte accidentelle.

Le meilleur traitement pour le cystadénome mucineux géant de l’ovaire chez une femme d’un certain âge est la salpingo-ovariectomie bilatérale (extirpation de l’ovaire et de sa Trompe de Fallope) suivie d’une hystérectomie. Chez les jeunes femmes, l’objectif est de toujours préserver la fertilité. Le pronostic est généralement positif après la chirurgie.

Laisser un commentaire