Saér Tambédou : «Que Karim Wade sache que le PDS ne lui appartient pas… »

Dakarmidi- La publication de la liste du nouveau Secrétariat National du Parti Démocratique Sénégalais(PDS) continue de soulever moult controverses. Et c’est le jeune membre du Comité Directeur  de la formation des bleus, en l’occurrence, Saér Tambédou, qui vient de sortir au vitriol pour recadrer Wade-fils : «Nous ne reconnaissons pas cette nouvelle structure mise sur la base de simple  copinage et de complots sournois. Nous n’accepterons pas que Karim Wade reste à Doha (au Qatar) et fait les choses selon ses propres inventions et innovations. C’est de l’irrespect notoire envers ceux qui ont toujours cru aux idéaux du Parti Démocratique Sénégalais. Karim  Wade doit alors savoir raison garder », a dit d’un ton sec, le jeune Saér Tambédou qui, de renchérir : «Le prétexte brandi par Karim et sa bande  pour nous mettre à l’écart est nul est non avenu. Nous avions pris part à l’ouverture du dialogue par ce que nous avions jugé nécessaire que cela nous permettra de surmonter quelques questions relatives au  fichier électoral. Oumar Sarr  avait été mandaté par le FPDR pour  participer  au dialogue en 2016 et c’est ce qui avait abouti à sa libération et son départ pour la Qatar. Aujourd’hui, il est malhonnête de vouloir nous faire porter le bonnet d’âne. Nous continuerons de croire au PDS et à son leader historique, le Président Me Abdoulaye Wade .Karim Wade doit alors savoir que ce parti ne lui appartient pas », a laissé entendre  l’ex-coordonnateur du mouvement «Macky Bayil Karim»(MBK).Le jeune Tambédou,  de conclure : «On doit savoir que le dialogue politique est une partie intégrante du dialogue national .Moi, en plus de la politique, je dirige un mouvement de marchands ambulants. En sus, le Ministres de l’Intérieur  et de la Sécurité Publique Monsieur  Aly Ngouille Ndiaye nous avait donnés des assurances. En 2019, nous avons bataillé ferme pour faire de Karim Wade notre candidat à la Présidentielle .Lors de la campagne pour la collecte de parrains en sa faveur, notre structure a fait le plein. On ne mérite pas , aujourd’hui,  ce comportement de la part de lui.  »