Quand la survie de l’APR inquiéte des partisans du «Macky»…

Dakarmidi- Ibrahima Ndoye, responsable du parti présidentiel à Diander et, non moins, conseiller  du Président de la République Macky Sall a, au cours, de l’émission Face2Face, exprimé son angoisse quant’ à la survie de l’APR. Le journaliste de formation a dénoncé un certain clanisme qui risque d’avoir raison de la formation marron-beige après Macky. Des jeunes membres  du parti au pouvoir viennent, ainsi, d’émettre sur la même longueur d’onde  que M.Ndoye.  A en croire Youssoupha Niang : «Ce qui se passe, aujourd’hui, dans l’entourage proche du Président Macky est intolérable. Il ya un club de comploteurs qui décident de tout, font tout sans l’avis de personne. Ces gens qui se disent Ministres d’Etat et/ ou Conseillers du Président constituent  une sorte d’écran de fumée autour de lui. Ils font les choses selon leurs propres inventions et innovations. Is s’en foutent éperdument de l’avenir de l’APR. Ils se sont déjà servis et ont servis leurs proches parents. Ils ne travaillent que pour leur propre salut», déplore le responsable de l’APR dans la Commune de Patte d’Oie. M.Niang, de poursuivre ses regrets : «Aujourd’hui, il n ya aucune  structure du parti présidentiel qui marche comme il se doit. On doute vraiment de la survie de l’APR  après la gestion du pouvoir. Les sages, les jeunes, les femmes, les enseignants bref, tous sont laissés en rade. Des opportunistes s’accaparent de tout en règlent leurs intérêts du moment sans penser à l’avenir du parti. C’est aberrant et  regrettable »,  dira-t-il, avant de conclure : « Le régime du Président Macky Sall a beaucoup fait pour le Sénégal. Ne serait-ce-que pour lui rendre hommage, son parti doit rester indestructible après son départ du pouvoir.  C’est un truisme que de dire que ce qu’il a fait aucun Président de la République du Sénégal ne l’a jamais fait !  Les faits sont là, visibles et perceptibles. Cela tape à l’œil. Sur ce , nous conseillons  de prendre en main son parti et de ne plus le laisser entre les mains d’aventuriers. Il va très mal de par les temps qui courent. Et comme dit l’autre, il n’est pas trop tard pour bien faireNous, à ce qui nous concerne, allons l’appuyer  en ce sens pour que les choses bougent de la meilleure des façons», argue-t-il.