Mexique-Usa: la crise diplomatique

Dakarmidi – Le président mexicain Enrique Pena Nieto a annoncé jeudi qu’il annulait sa visite à Washington pour protester contre la volonté de son homologue américain de construire un mur à la frontière entre les deux pays avec des taxes de 20% prélevées sur les produits mexicains.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a évoqué jeudi après-midi la mise en place d’une taxe de 20%.

« En faisant cela, nous pouvons récolter 10 milliards de dollars par an et facilement payer pour le mur grâce à ce seul mécanisme », a-t-il déclaré.

Quelques heures plus tard, il a partiellement fait machine arrière sur ses propos, affirmant qu’il s’agissait seulement d’une proposition parmi d’autres, destinée à illustrer les multiples modes possibles de financement, alors que Donald Trump a promis que Mexico finirait par payer pour le mur, d’une manière ou d’une autre.

En réaction, le ministre mexicain des Affaires étrangères, Luis Videgaray, a répété jeudi que le Mexique ne payera pas le mur que le président américain Donald Trump veut construire à la frontière entre les deux pays, ajoutant que ce « n’est simplement pas négociable ».

Le gouvernement brésilien s’est dit « préoccupé » de voir « séparer des nations soeurs » après que l’annonce du président américain Donald Trump.

« La grande majorité des pays d’Amérique latine maintiennent des liens étroits d’amitié avec le peuple des Etats-Unis. Le gouvernement brésilien appréhende avec préoccupation l’idée de la construction d’un mur pour séparer les nations soeurs de notre continent sans consensus entre les deux » parties, a déclaré le ministère des relations extérieures brésilien dans un communiqué.