Menaces de sabotage de la visite de Macky Sall: Touba appelle au respect

Dakarmidi – La visite du président Macky Sall ce 25 octobre 2018 dans la ville sainte de Touba, est toujours au-devant de la scène médiatique. Des menaces de sabotage ont été émises ça-et-là par des hommes politiques de l’opposition. A la tête, Serigne Modou Bousso Dieng connu pour ses attaques sans détours à l’encontre du chef de l’Etat qui pour lui, n’a aucune considération pour Touba.

Serigne Modou Habib Mbacké petit-fils de Borom Darou est monté au créneau pour appeler à la retenue et au respect en cette veille de Magal. « Il est aujourd’hui inadmissible que des hommes sous un manteau politique, utilise leur casquette de religieux, pour appeler les populations à saboter la visite du président Macky Sall à Touba. Il sera là en tant que hôte du khalife. Macky Sall ne vient pas à Touba pour des activités politiques, il n’y vient pas dans le cadre d’une propagande politique », a souligné Habib Mbacké qui dans la foulée dira «

C’est aujourd’hui une tradition pour Touba de recevoir les chefs d’Etat à l’approche du Magal dans le plus grand respect. Il n’est pas respectueux que des hommes veuillent déranger un invité du khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké. Tous les khalifes qui sont passés avaient insisté à ce qu’on ne dérange pas les hôtes venus pour le Magal. Serigne Saliou le disait sous Wade, Serigne Abdoul Ahad sous Abdou Diouf, Serigne Fallou sous Senghor ».

« Aujourd’hui des descendants de Cheikhoul Khadim en tant que hommes politiques, ne doivent pas agir de la sorte pour des intérêts politiques. Ça n’honore pas la ville. Encore une fois de plus, nous appelons tout un chacun au respect. Serigne Modou Bousso Dieng ou qui que ce soit, doivent suivre les maximes qui régissent la marche de la ville sainte de Touba. Serigne Bass Abdou Khadre ne devait même pas en dire mot. Car, la population de Touba n’est pas dupe. S’ils avaient tenu leur « sabotage » comme ils le voulaient, il n’y aurait même pas dix personnes », a conclu Serigne Modou Habib Mbacké.

La rédaction