Macky : « Celui qui choisit de marcher devant le Palais ou à la Place de l’Indépendance… »

Le chef de l’État recadre les activistes et autres organisations de défense des droits de l’homme qui dénoncent « une restriction des libertés » au Sénégal. Selon Macky Sall, l’exercice des libertés publiques, qui fait souvent polémique, n’entache en rien son statut de pays démocratique.
Le président de la République de poursuivre, sur le ton de la raillerie, son speech dans Walf Quotidien : « Celui qui choisit la Place de l’Indépendance ou devant du palais de la République pour contester, c’est qu’il ne veut pas faire une marche pacifique ».

Et de marteler : « L’exercice des libertés est garanti et ne souffre d’aucune limitation. Pour preuve, au 3e trimestre de l’année 2019, sur 4284 déclarations de marche, seules 71 n’ont pas été accordées, soit un taux de 1,68%. En 2018, sur 4828 déclarations de manifestations publiques, seules 118 ont été interdites ».