L’accident aux îles de la Madeleine : la pertinente réaction de Imam Makhtar Kanté

Dakarmidi- C’est sur sa page facebook comme à l’accoutumée que le célèbre Imam et écrivain Ahmadou Makhtar Kanté a réagit suite au chavironnement d’une pirogue aux côtes de l’île de la madeleine qui a conduit à des morts et blessés : ‘ D’après ce qu’en dit la presse, il y a eu surcharge : 40 personnes pour 20 places prévues selon la capacité du bateau ou de la pirogue, on a dit « yalla bakhna »… Le fatalisme, la fausse confiance en Dieu, l’irresponsabilité, la cupidité « khaaral ma seet lumachi mana lek » etc, sont en train de nous coûter cher.

Je ne sais pas, mes condoléances à toutes les familles touchées au passage, pourquoi on insiste tant sur le décès d’une parente d’un ministre… Tous les jours que Dieu fait, des sénégalais meurent ou sont blessés souvent en rapport avec un certain état d’esprit et des comportements qu’on retrouve dans l’accident en question.

Souvent, quand le sénégalais lamda tient des propos du genre « yalla baakhna », « dina baakh », etc, c’est qu’il n’a pas fait ou ne veut pas faire ce qui peut et doit l’être. D’où l’expression « toubaab yi dougnou nit » chaque fois que ceux-ci accomplissent des choses qui leur semblaient hors de portée des hommes.

Cet état d’esprit fataliste a beaucoup à voir avec la pratique régulière et généralisée du « guissané » (voyance) : il faut aller voir un charlatan qui vous dira tout ce qui vous attend dans l’avenir moyennant de l’argent, des sacrifices, des aumônes, des bains bizarres, des fois dans la rue au milieu de la nuit, etc.

Par exemple pour le foot, à chaque match de perdu, on associe une explication « mystique » et des charlatans font des sorties pour raconter du n’importe quoi dans le but d’être recruté comme devin de l’équipe nationale. Dans le champ politique, même état d’esprit et mêmes pratiques. Toute difficulté, tout échec, est rapidement mis sous le compte des jinns : célibat, pas ou perte de boulot, detoutournement de deniers publiques, etc.

Un sursaut est nécessaire pour éviter le chaos. ‘