Contribution – Jeunes du Sénégal, à nos plumes : le Sénégal des idées se réveille (Par Khadim Diop)

Dakarmidi- À chaque chose malheur est bon a-t-on l’habitude de dire mais en paraphrasant on peut avouer sans risque de se tromper qu’à chaque chose polémique est bonne.

L’actualité récente au Sénégal dominée par des faits  qui ont eu le don de réveiller le débat d’idées au Sénégal a fait rejaillir la passion des débats d’idées qui faisait jadis la fierté de notre pays. En effet la polémique sur le port du voile à Sainte Jeanne d’Arc, le débat suscité par la sortie de certaines familles religieuses et coutumières contre les rédacteurs de l’Histoire Générale du Sénégal et le débat mémorable entre deux de nos intellectuels de haut niveau Souleymane Bachir Diagne et Boris Diop prouvent à suffisance que notre pays regorge toujours de ressources humaines de qualité capables d’élever le débat et dégager des pistes de solution. C’est un exemple dont la jeunesse doit s’inspirer en quittant le débat malsain, puéril dans  les réseaux sociaux, les rues et places publiques et en ayant un comportement citoyen et républicain dans les actes de tous les jours.

 

Une histoire qui ne suscite pas d’histoires de débat, de polémique n’en est pas une. Mais seulement la manière de critiquer, de suggérer doit s’entourer de l’art de la décence, du respect et de la courtoisie qui s’y sied en pareilles occasions. Au moment où chacun prêche pour sa chapelle dans notre Sénégal  multiconfessionnel, confrérique, dans sa diversité culturelle et ethnique, la jeunesse Sénégalaise doit élever le débat d’idées et porter le flambeau critique, à la limite contestataire dans les actions quotidiennes qui intéressent la vie de la Nation mais tout en restant fédératrice et  actrice principale de la promotion du civisme, de la citoyenneté responsable et d’un savoir vivre ensemble.

 

Les différentes sorties notées dans la presse sur ces sujets  doivent nous pousser à faire des recherches, à sensibiliser et à porter le combat sur le respect des valeurs cardinales, à accentuer notre rôle dans la promotion et la préservation de la paix sociale. Cela doit nécessairement susciter un changement de comportement dans les actions de tous les jours avec la possession d’un sens élevé de responsabilité. L’intérêt général ne signifie pas la somme des intérêts individuels mais désigne les intérêts, valeurs ou objectifs qui sont partagés par l’ensemble des membres d’une société. La prise en compte de l’intérêt général suppose que les différents acteurs se départissent de l’égoïsme et de l’individualisme, ceci dans l’accomplissement des services et dans la gestion des ressources publiques.

Jeunesse du Sénégal, refusons d’être manipulés comme des marionnettes aux seuls intérêts partisans mais restons dignes et éveillés, soyons alertes et  demeurons les sentinelles des débats d’idées pour que notre Sénégal retrouve son lustre d’antan de pays de dialogue, de débats d’idées fructueuses et fécondes.

Quittons sans délai les querelles de bornes fontaines, injures, invectives et commérages dans les réseaux sociaux et les plateaux de télévision et embrassons la culture des débats sains et porteurs dans l’intérêt du Sénégal. Or l’influence nocive et permissive de la société moderne qui permet par le biais des nouvelles technologies de l’information, le brassage, le matraquage culturel dont la finalité se trouve être la dépravation des mœurs et le matérialisme religieux et coutumier doit être bannie.

Restons 2.0, restons connectés mais gardons nos valeurs morales traditionnelles que sont l’intégrité, le respect de l’autre, la prééminence du collectif sur l’individuel, la tolérance, la solidarité et le travail bien fait.

Jeunes du Sénégal, à nos plumes citoyennes et faisons l’actualité avec des idées positives et clairvoyantes pour une meilleure image du Sénégal !!!

KHADIM DIOP, Président du Conseil National de la Jeunesse du Sénégal