France : le célébre défenseur de l’environnement Nicolas Hulot, la grosse prise de Macron

Dakarmidi – L’ancien animateur d’« Ushuaia », Nicolas Hulot qui avait décliné les offres des présidents précédents notamment Francois Hollande, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, a accepté la proposition d’Emmanuel Macron d’intégrer le gouvernement d’Edouard Philippe, au nouveau ministère de la transition écologique et solidaire.

Nicolas Hulot, né le 30 avril 1955 à Lille, est un journaliste-reporter, animateur-producteur de télévision, écrivain et homme politique français, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire dans le gouvernement d’Édouard Philippe depuis le 17 mai 2017. Notons que c’est la première fois que l’ex-présentateur de l’émission « Ushuaïa », candidat malheureux à la primaire écologiste de 2012 et maintes fois sollicité, accepte d’entrer dans un gouvernement.

En 1990, il crée la Fondation Ushuaïa, qui devient ensuite la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme. Critiqué par une partie du mouvement écologiste français comme étant trop consensuel, il est le coauteur du Syndrome du Titanic, un film sorti en 2009 visant à interpeller sur l’urgence écologique.

En 2007, il hésite déjà à se présenter à la présidentielle avant d’imposer son « Pacte écologique » aux candidats. Nicolas Sarkozy le signe et, aussitôt élu, lance le Grenelle de l’Environnement, une concertation inédite qui débouche sur deux lois importantes. Dans la perspective de la COP21, il avait été pendant trois ans son « envoyé spécial pour la planète », avec un bureau à l’Elysée.

En janvier 2016, sollicité par François Hollande pour entrer au gouvernement, Hulot avait décliné l’offre, faute d’assurances suffisantes sur l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, la renégociation du traité de libre-échange avec le Canada (Ceta) et une réforme de la fiscalité. Autant de sujets toujours à l’ordre du jour.

« Dans une logique Trans-partisane, il est la bonne personne au bon moment », estime Matthieu Orphelin, son ex-bras droit à la Fondation Hulot et candidat de la République en marche pour les législatives, rapporte le monde.

Rappelons que après avoir envisagé sa candidature à l’élection présidentielle de 2007, pour que les questions écologiques urgentes pèsent dans la campagne électorale, il se retire en janvier 2007, après la signature du Pacte écologique par la plupart des principaux candidats. Candidat à la primaire présidentielle écologiste de 2011 en vue de l’élection présidentielle française de 2012, il est battu par Eva Joly.

Il est nommé ministre d’État, de la Transition écologique et solidaire, au sein du gouvernement d’Édouard Philippe le 17 mai 2017.

Emmanuel Macron peut pour sa part se targuer d’avoir réussi un « coup de génie », selon Daniel Cohn-Bendit : « Hulot est typiquement le mec qui n’est ni à droite ni à gauche mais à droite et à gauche. » Avec ce ralliement, le nouveau président dérobe à la gauche l’une de ses thématiques fortes, qui avait été placée au cœur des projets de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon.

« Sa force, c’est d’être le porte-parole de la société civile », estime Matthieu Orphelin en misant sur « sa force de conviction » et « sa liberté ».

La Rédaction