Forum international paix et sécurité de Dakar : Les mises au point de Mankeur Ndiaye

Dakarmidi – Le ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, a clôturé, avant-hier, mercredi, le séminaire sur les Réponses doctrinales à l’extrémisme violent. Le ministre a soutenu que les conclusions de cette rencontre constituent un véritable référentiel dans le débat actuel et doivent être versées comme contributions aux débats du prochain Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique, en novembre prochain auquel je vous convie.

De l’avis de Mankeur Ndiaye, le djihadisme prôné par les organisations terroristes se nourrit essentiellement de l’ignorance des vrais valeurs de l’Islam et donc du déficit d’enseignement islamique, en particulier chez les jeunes. Il a insisté sur la nécessité de lutter contre le manque de culture islamique et de promouvoir l’éducation aux valeurs humaines universelles telles que la tolérance, la diversité et le respect de l’autre, conditions sine qua non pour vivre ensemble dans un environnement pacifié.

« C’est dans ce droit fil et, sur instruction de Son Excellence Monsieur Macky SALL, président de la République, que ce séminaire est organisé pour approfondir la réflexion sur la thématique « Réponses doctrinales à l’extrémisme violent ».

Le ministre des Affaires étrangères, s’appuyant sur le rapport synthétique de la rencontre, a affirmé que des réponses doctrinales de l’Islam à l’extrémisme violent existent et qu’elles sont biens codifiés dans le Coran et les Hadiths du Prophète (Paix et Salut sur Lui).

Il est d’avis que ces références doivent nous servir de guide et les pratiquants, imams et prêcheurs, détenteurs du savoir, doivent, comme les y invite le Coran, exposer ces références à partir du moment où nous avons la conviction que c’est la voie à suivre.

Mankeur Ndiaye en a profité pour magnifier « le modèle d’un Islam soufi au Sénégal qui a énormément contribué à l’encrage de la Paix et de la stabilité dans le pays ». Ce modèle, a-t-il insisté, est aussi basé sur la pluralité des doctrines, et mérite d’être encouragé, renforcé et partagé.

La Rédaction