Fidel Castro et le mystère des deux Rolex

Dakarmidi – Parmi les plus célèbres images du « Lider maximo », resteront celles de ses cigares Cohiba et des deux Rolex qu’il portait au poignet. Pure provocation ?

Révolutionnaire et dictateur. Fidel Castro, le père de la Révolution cubaine, vient de mourir, à l’âge de 90 ans. L’un des plus célèbres révolutionnaires de l’histoire, le dernier, aura incarné jusqu’au bout l’éternel décalage existant entre égalité communiste et phase transitoire de dictature du prolétariat. Ou, dit autrement, entre ce que l’on prône et ce que l’on fait…

Quel aura été le point commun entre Fidel Castro et Che Guevara ? Les Rolex que ces bourgeois révolutionnaires portaient fidèlement au poignet, une pour l’un, jusqu’à sa mort, deux pour l’autre, une Daydate et une Submariner. Entre autres, car Fidel Castro possédait bien des Rolex, en fait… Et toutes patinées prématurément par la fumée des cigares ! Mais à quoi bon porter deux Rolex en même temps au même poignet ?

À ce sujet, il n’existe aucune réalité historique gravée dans le marbre. La première raison serait qu’en prenant le pouvoir, les révolutionnaires se seraient allègrement servis sur place au sein de la succursale locale de la marque à la couronne. Des prises de guerre et les souvenirs d’une victoire historique… L’autre hypothèse qui circule relève tout simplement de la provocation : arborer au poignet deux montres de luxe suisses tout en prêchant la révolution. Comme dans cette célèbre photo de discussion aux côtés de Nikita Khrouchtchev, Rolex au bras et long cigare en main.

Mais la dernière hypothèse est, historiquement et politiquement, la plus distrayante : cela lui aurait permis de montrer que, malgré son alignement sur Moscou, il était constamment à l’heure de La Havane et à celle de Moscou. Ce qui correspond sans doute à son intention puisqu’on le verra, quelques années plus tard, sur d’autres photos, porter au poignet d’autres montres signées Rolex, une GMT Master 6542 et une GMT Master 1675, qui lui auront ainsi permis, en ne portant plus qu’une seule montre, d’être simultanément à l’heure de Cuba et de Moscou.

 

 

par Judikael Hirel