Etat de la démocratie au Sénégal : « the economist » donne une très mauvaise note à Macky Sall

Dakarmidi – A l’observateur occasionnel, tout semble bien au Sénégal. Les visiteurs de Dakar, la capitale, volent dans un nouvel aéroport de classe mondiale. L’économie a progressé de 6,8% l’an dernier et la découverte du gaz naturel annonce un avenir économique encore plus prometteur. Pour démarrer, l’équipe nationale a bien performé lors de la Coupe du monde de football.

Mais les graffitis politiques gribouillés sur les murs de Dakar racontent une histoire différente. Les messages exigent la liberté pour les opposants politiques du président Macky Sall, dont plusieurs ont été emprisonnés. Avec une élection présidentielle dans huit mois seulement, on craint que la démocratie au Sénégal, longtemps un exemple pour l’Afrique de l’Ouest, ne soit renversée.

Le système politique a déjà été testé. Contrairement à la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest, le Sénégal n’a jamais connu de coup militaire, mais en 2012, le précédent président, Abdoulaye Wade, a brigué un troisième mandat, que la constitution proscrit. M. Sall, monté sur une vague de colère populaire, l’a vaincu.

Maintenant le gouvernement de M. Sall est accusé d’appliquer sélectivement des lois de corruption pour marginaliser ses adversaires. En mars, Khalifa Sall (sans relation), le maire de Dakar, a été condamné à cinq ans de prison pour détournement de 3,4 millions de dollars. Un autre dirigeant de l’opposition, Barthélémy Dias, a été reconnu coupable d’outrage au tribunal lorsqu’il a protesté contre le verdict. Il passera six mois en prison.

Un autre challenger potentiel, Karim Wade, le fils de l’ancien président, a été arrêté en 2013 et reconnu coupable de corruption deux ans plus tard. Après que M. Sall lui ait pardonné en 2016, M. Wade s’est immédiatement envolé pour le Qatar. Certains observateurs pensent que son exil faisait partie d’un accord avec le gouvernement. Mais il envisage maintenant de revenir pour se présenter aux élections.

Les candidats potentiels font face à d’autres obstacles. Une loi introduite en avril les oblige à obtenir des signatures de 1% des électeurs inscrits dans chacun des 14 districts du Sénégal. Des centaines de personnes ont protesté contre la mesure, disant qu’elle était injuste envers les candidats les plus pauvres. Mais le gouvernement dit qu’il est nécessaire de s’assurer que seuls les prétendants sérieux apparaissent sur le bulletin de vote. Les élections parlementaires de l’an dernier ont été chaotiques, en partie parce qu’elles comportaient 47 listes électorales.

Les manifestations contre la loi électorale et les manifestations plus récentes des étudiants, irrités par les subventions non payées, ont été violemment réprimées par le gouvernement. En mai, un étudiant a été abattu dans la ville de Saint-Louis, dans le nord du pays, ce qui a provoqué encore plus de troubles. Les images de la brutalité policière ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux. Une vidéo dérangeante montre une fourgonnette de police qui s’écrase à travers les manifestants à l’extérieur de l’université principale de Dakar.

Beaucoup de Sénégalais sont également mécontents que peu de nouvelles richesses du pays leur parviennent. Selon la Banque mondiale, le PIB par habitant était de seulement 2 566 dollars (mesuré à la parité du pouvoir d’achat) en 2016. Le taux de chômage est supérieur à 15%. Cela rend le gouvernement nerveux et peut augmenter sa propension à faire taire les critiques.

The Economist