Dimanche chaud à Ouest Foire : Des grenades lacrymogènes tirées, des jeunes arrêtés, les travaux de la station se poursuivent, les habitants interpellent le président de la République…..

Dakarmidi –  Ouest Foire a été le théâtre d’affrontements entre forces de l’ordre et habitants du quartier. Les seconds s’opposent à l’implantation d’une station-service « Eydon » dans le quartier, les premiers les ont réprimés sur ordre du préfet de Dakar. Lourdement armés, les éléments de la gendarmerie déployés sur les lieux ont repoussé la foule d’habitants qui s’était amassée sur la route pour rejoindre le site en question pour tenir leur assemblée générale.

Les habitants ont ainsi été obligés de s’entasser dans la mosquée du quartier pour crier leur désaccord face au projet en s’en prenant au préfet de Dakar qui selon eux, les a empêchés de dormir tranquillement depuis quelques jours en mettant tout leur quartier en état de siège et en permettant le démarrage des travaux de la station-service qu’ils ont tant décrié. «Il y est déployé des hommes armés jusqu’aux dents qui ont quadrillé tout le quartier afin que les travaux de la station puissent démarrer et ce, malgré le fait que le dossier en question est pendant en justice », a déploré Khalifa Ababacar Diouf.

Réunis au sein de l’Association des propriétaires et résidents d’Ouest Foire (APROF), les manifestants  avaient introduit avec leur avocat une requête aux fins d’annulation pour le bail et l’autorisation de construire entachés de beaucoup d’irrégularités. Une autre requête pour sursis à exécution avait été déposée auprès de la Cour suprême, selon M. Diouf, qui, dès lors, déplore l’attitude des autorités. « Nous avons constaté un beau matin que le promoteur d’Eydon a démarré ses travaux sous l’encadrement de la gendarmerie », ce qui, à ses yeux  prouve qu’il y’a anguille sous roche. «Nous pensions qu’il était impensable qu’informée de cette situation, et des dangers qui tournent autour de ce projet, l’autorité n’accordera jamais un avis favorable au promoteur mais malheureusement, nous avons vu le contraire.Le préfet y a dépêché la gendarmerie pour le démarrage des travaux », a informé notre interlocuteur.

Certains des manifestants ont pour leur part,  dénoncé le comportement des forces de l’ordre qui ont déclenché des tirs de gaz lacrymogène et arrêtés quelques-uns parmi eux. En effet après s’être regardé pendant quelques bonnes minutes en « chien de faïence », les hommes de tenue n’ont pas hésité à déclencher des tirs de gaz lacrymogènes lorsque des jeunes ont commencé à barrer la route et à manifester.

C’est le début d’un intifada qui a frôlé le pire bien que vite maitrisé par les éléments de la gendarmerie. Malgré tout cela, les habitants promettent de poursuivre le combat jusqu’au bout et à tous les niveaux car pour eux, il est hors de question que cette station soit érigée à trois mètres de leur maisons sans oublier ce qu’elle cause comme conséquences pour leur santé et leur survie. « Nous allons saisir le Président de la République pour attirer son attention sur le comportement du préfet qui est le principal responsable de ce qui se passe dans ce quartier », a enfin déclaré M Diouf.

La Rédaction