Débat sur le troisième mandat : le chroniqueur Yamoussa A. Camara écrit à l’honorable député Ousmane Sonko

Dakarmidi- Honorable député,
Votre rôle d’avant-gardiste à l’Assemblée Nationale est une action salutaire pour la crédibilité de cette institution phare de notre République. Quasiment seul à faire face au pouvoir et à dignement porter le combat du peuple en tentant d’annihiler toutes les « forfaitures » du régime. Vous redonnez à cette chambre, si importante son lustre qu’elle a perdu ces dernières années.

Le constat est général, en effet, loin du bon vieux temps, les députés aujourd’hui remplissent l’hémicycle non pas pour représenter avec dignité le peuple mais pour faire passer comme lettre à la poste, les pires lois de la majorité au profit seul du Président de la République.

Aucune disposition de défiance n’a eu effet sur ce temple, pourtant de contraction, bien au contraire, les honorables députés qui les posent sont rejetés, injuriés, salis et traités de tous les noms d’oiseau.

J’ai décidé de vous écrire pour que le débat autour du 3ème mandat soit définitivement clos, je sais que vous pouvez en être le pionnier. Portez ce combat dont les tournures nouvelles en disent long sur la volonté manifeste du régime d’aller au bout du bout. Ce qui serait une insulte pour notre jeune démocratie. Encore que les dispositions de l’article 27 de la loi constitutionnelle n° 2016-10 du 05 avril 2016 sont floues. Le libellé dudit article tend plus à laisser le Président en place se présenter une « troisième » fois que de lui en priver la demande.

Il indique clairement: « Nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs », mais le piège se trouve plus haut sur le chapeau de l’intitulé, une équivoque d’ailleurs car il dit que « le mandat est de 5 ans renouvelable une fois ».

Il devient dès lors, urgent de compléter la « couture » de cet article « alambiqué » qui doit tenir compte du septennat passé en le stipulant clairement au bas de l’article ne serait-ce qu’au nom de la vitalité de notre démocratie.

Cette question doit être vidée tout de suite et maintenant, pour l’honneur de cette Assemblée dont vous êtes un des plus éminents membres.

Il n’y a pas besoin de consulter à nouveau le peuple lors d’un Référendum évidemment,
l’Assemblée nationale en cession extraordinaire, peut s’occuper de ce sujet crucial pour l’avenir du Sénégal.

Dans un contexte généralisé où dans toute la région ouest africaine, la question fait débat notamment en Guinée Conakry et en Côte d’Ivoire où les présidents en exercice tentent d’escalader les murs infranchissables du troisième mandat. Les peuples ont déjà dit non, le sang commence à couler et les dégâts néfastes.

Honorable député, portez alors la voix du peuple !

Yamoussa Aminata Camara
Journaliste Chroniqueur