Daara Mame Diarra de Porokhane : 450 filles à la quête du savoir islamique

Dakarmidi – Quelque 450 jeunes filles âgées de 6 à 13 ans et portant toutes le nom de Mame Diarra, mère de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mourisme, fréquentent le « daara » (école coranique) de Porokhane, créé par Serigne Moustapha Bassirou Mbacké.  « En créant ce daara, Serigne Bassirou voulait développer l’enseignement de la jeune fille et la formation professionnelle », a expliqué son responsable Serigne Abo Madyana Diakhaté.

Les critères d’entrée dans cet établissement sont assez sélectifs, et le nombre de place limité. D’abord, il faut s’appeler Mame Diarra. Ensuite, être membre d’un dahira de la fondation éponyme depuis l’âge de deux ans. « En moyenne, précise Serigne Abo Madyana, la demande d’inscription tourne autour de 200 places […]. » La demande est plus forte que l’offre, et souvent, c’est un tirage au sort qui est effectué pour départager les candidates.

Créé en 2005, le daara Mame Diarra Bousso de Porokhane a vu sa première élève mémoriser le saint Coran en 2007. Et depuis sa création, elles sont 160 jeunes filles à réussir cette performance. Le cycle normal tourne entre 3 à 4 ans, et la durée de la scolarité globale est de 7 ans. Outre la formation religieuse, l’enseignement des langues nationales, la formation professionnelle, la restauration, la couture et l’élevage sont dispensés.

L’Etat du Sénégal s’est impliqué dans la prise en charge du daara en embauchant 14 enseignants et en construisant un bâtiment de 8 salles de classe et un bloc administratif. Un projet d’internat de 24 chambres, financé par le gouvernement, est en cours de réalisation. Mame Diarra Bousso est la mère du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba. Elle fut rappelé à Dieu à l’âge de 33 ans. Cette femme vertueuse et dévouée est un exemple au Sénégal et en Afrique. A Porokhane, des milliers de fidèles viennent se recueillir sur son mausolée. Une commémoration (Magal) est organisée chaque année en son honneur.