Coût et capacités du Brt Dakar : Les chiffres du scandale ?

Dakarmidi-La cérémonie de lancement des travaux du projet s’est déroulée en grande pompe, ce lundi 28 octobre 2019, en présence du président de la République, Macky Sall. Le Sénégal, après le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Maroc et le Ghana, entre autres pays africains, aura son Bus Rapid Transit (Brt), dans 25 mois, comme le veut le chef de l’État.

Le coût global du projet est estimé à 296 milliards de francs CFA dont 52 milliards financés par la Banque européenne d’investissement. Au total, 144 bus vont faire la navette sur une distance de 18 kilomètres (Gare Petersen-Préfecture Guédiawaye), pour transporter environ 300 mille passagers par jour.

Ce qui suscite moult interrogations: Le Sénégal est-il encore berné, comme dans presque tous les autres projets de cette nature ? En tout cas, à titre comparatif, le Brt Accra (Ghana) est de loin beaucoup plus avantageux que celui de Dakar, aussi bien en termes de coût, de distance et de nombre de bus. Seneweb, qui s’y est intéressé, a pu découvrir des chiffres qui font froid dans le dos.

Et pour cause, le Brt Accra, inauguré en novembre 2016, a officiellement démarré ses rotations, depuis le 1er décembre de la même année. Il ressort des investigations que nous avons faites que le Global Cost (coût global) de ce projet ghanéen est estimé à 102 millions de dollars américain, soit environ 60,3 milliards francs CFA. Mieux encore, il est doté de 245 bus qui peuvent transporter jusqu’à 12000 passagers par heure, sur la liaison Kimbu-Adenta pour une distance de 20 km. Ce qui fait une différence de 236 milliards francs Cfa.

Mais, qu’est-ce qui pourrait expliquer un tel manque à gagner? Une source du ministère sénégalais des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement dit « reconnaitre » cet écart.

« On ne peut pas parler de scandale… »

« C’est vrai qu’il y a une grande différence entre ces deux projets en termes de coûts », avoue notre interlocuteur. Qui ne veut toutefois pas parler de défaillances dans les négociations.

« Malgré le coût que vous jugez peut-être trop élevé, il ne faut pas oublier l’apport de ce Brt dans le transport urbain dans Dakar et sa banlieue. Le temps de parcours passera de 90 à 45 minutes », se vante-t-il. Non sans ajouter qu' »on ne peut pas parler de scandale ».

Le marché du Bus rapid transit (Brt) a été remporté par une entreprise chinoise, la China Road and Bridge Corporation (Crbc), la compagnie qui a réalisé l’autoroute Ila Touba.

Quoiqu’il en soit, à l’instar du Ter, les conditions de négociations du projet du Brt risque de faire couler beaucoup d’encre.

Avec Seneweb