(COMMUNIQUÉ DE L’OMART) La France accapare le matériel de sonorisation du Sénégal

Dakarmidi- L’Observatoire de la musique et des arts (OMART) œuvre pour le respect et la dignité des artistes de toute discipline et veille à la sauvegarde des intérets des créateurs et des producteurs culturels sénégalais.

Ainsi, l’Omart continue à dénoncer ce scandale qui dure depuis 9 ans consistant la gestion technique et financière opaque du puissant matériel de sonorisation acquis par le Sénégal depuis le 3ème Festival mondial des arts nègres (Fesman 3).

Au terme du 3ème Festival mondial des arts nègres, fini dans l’imbroglio et après l’audit de l’inspection générale d’Etat du patrimoine du Fesman 3, l’Etat du Sénégal a affecté le matériel de sonorisation au Ministère de la Culture.

Tout organisateur de spectacle ou de festival qui veut utiliser ce matériel de sonorisation, de lumière, de tables de mixage, etc, doit casquer 5 à 7 millions de francs Cfa en concurrence même aux privés qui coûtent moins cher.

Ce matériel public, acquis du Fesman 3 est loué indécemment par l’institut français par le biais de Abdou Diouf, le Ministère en charge de la Culture par le canal du service Son et Lumière, la Direction des arts.

Pourquoi l’Institut français fait main basse sur le matériel de sonorisation des consommateurs sénégalais en matière de culture prétextant que le Ministère de la Culture n’a pas de techniciens alors que le Département de la culture du Sénégal regorge de techniciens plus expérimentés que ceux de l’Institut français.

Tous les grands festival et de grands événements culturels du pays sont privés de ce matériel public de sonorisation au profit des plus offrants, les événements des multinationales au Sénégal.

Pour rappel, le puissant matériel de sonorisation du 3ème festival mondial des arts nègres (Fesman) en 2010 est, depuis 2011, entre les mains de l’Institut français de Dakar par son technicien Abdou Diouf et du Ministère en charge de la Culture par le biais du Service Son et Lumière et de la Direction des Arts.

L’Omart exige que ce matériel public soit exclusivement géré par des autorités technique publique.

L’Omart , organisation autonome de défense des créateurs et de promotion des œuvres musicales et artistiques, œuvre également pour le respect et la dignité des artistes de toute discipline.

L’Omart ne ménagera aucun effort pour que le bien public serve le public.

Fait à Dakar le 3 mai février 2019

Abdoulaye Mamadou GUISSE
Président-fondateur de l’Omart.

Tange TANDIAN
Directeur exécutif de l’Omart