Commande publique : les artisans invités à s’organiser davantage

Dakarmidi – Le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, Mamadou Talla, a exhorté les artisans à ‘’mieux s’organiser en vue d’accéder aux dispositifs d’appui mis en place par le gouvernement » et au-delà de bénéficier de la commande publique. « L’artisanat est l’un des piliers majeurs de l’économie du Sénégal. Je vous exhorte à mieux vous organiser en vue d’accéder aux dispositifs d’appui déjà mis en place par le gouvernement pour répondre à notre problématique des 4 F (la formalisation, le financement, le foncier et la formation)’’, a déclaré M. Talla.

Il s’exprimait, jeudi, à l’atelier de partage sur le projet de mobilier national organisé en partenariat avec le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan à travers la direction du matériel et du transit administratif. Les entreprises artisanales « doivent se formaliser et unir leurs forces et surtout continuer à se perfectionner afin de transformer de façon structurelle les unités de production et d’accroître leurs moyens de production », a dit Mamadou Talla. « Nous osons espérer que l’année 2017 verra une consécration qui améliorera le pourcentage de la commande publique », a-t-il ajouté.

Le président de la République « accorde une place importante à ce secteur de l’artisanat dans la politique de création d’emplois et la relance de l’économie », a souligné le ministre. « C’est ce qui justifie l’augmentation substantielle du budget allant de moins d’un milliard à 2012 à plus de trois milliards en 2016, si on n’y ajoute le budget des autres agences pour le financement des projets d’artisanat », a t-il ajouté. Revenant sur les résultats de la directive présidentielle qui décidait de l’octroi de 15 % de la commande publique à l’artisanat, le ministre Talla a indiqué que 145 artisans de Dakar ont été formés en mobilier de bureau et d’appartement, 15 cordonniers en production de bottes militaires et 30 chefs d’entreprises et membres d’organisations artisanales en dépouille de passation de marchés.

Il y a aussi 40 maîtres menuisiers formés dans la région de Ziguinchor, 30 dans la région Tambacounda formés en mobilier de bureau. ’’Ces formations ont permis aux entreprises locales de bénéficier, pour la première dans l’histoire de la commande publique de 20 lots sur 38 prévus pour les deux appels d’offres pour un montant de 800 millions FCFA », a dit le ministre. Il a annoncé que des parts de marchés dans la commande publique ont été gagnés par les ministères de l’Enseignement supérieur, de l’Education, des Agences et le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC).

Dans ce sillage, le ministre délégué en charge du budget, a souligné que la mise en œuvre de la directive présidentielle explique l’attribution en 2014, 2015 et 2016 des parts de marché de 12.7%, 21.8% et 45.05 % pour un montant cumulé d’un milliard 256 millions de FCFA. « Nous allons poursuivre l’accompagnement dans la préparation des dossiers de soumissions dans le secteur de l’artisanat. C’est une opportunité pour redynamiser et repositionner le secteur de l’artisanat. C’est un levier de développement de l’économie sénégalaise », a assuré Birima Mangara.

« Le plus important, c’est d’avoir des parts de marchés dans la commande publique, dans le privé et de faire en sorte que chaque jour les artisans puissent avoir du travail à faire », a-t-il expliqué. Le président des professionnels du bois de Dakar, Moussa Mbaye a invité les artisans à « faire des produits de qualité », relevant que le ministère leur a suggéré « de se formaliser en Groupe d’Intérêt économique ou en société pour pouvoir soumissionner aux marchés de l’Etat ». « Nous avons besoins de plus de financements, d’équipements et d’encadrements pour honorer la commande publique », a ajouté Gora Athie du secteur du textile.