Campagne 2017 – Barthélémy Dias :  » La violence n’a pas encore commencé, c’est… »

Dakarmidi – Suite à la vague de frustration occasionnée par le non retrait des cartes d’identification, Barthélémy Dias, membre de la coalition  » Manko Taxawu Senegaal « , a déclaré au cours de son entretien avec le journal Vox POPuli que la violence n’a pas encore faits ses débuts.

Pour le proche collaborateur du maire de Dakar, Khalifa Sall,  » c’est la rétention des cartes qui sera à l’origine des violences « . Il a par ailleurs estimé que  » cette soi-disante rétention relève de la volonté de l’État de priver les Sénégalais de leur droit de vote « .

 » C’est une stratégie de vol qui a été concoctée au plus haut sommet de l’Etat qui consiste à priver les Sénégalais de leur droit de vote », peste M. Dias.

Pour Barth, les sénégalais doivent assiéger les préfectures et s’il le faut même marcher jusqu’au palais pour récupérer leurs cartes.  » C’est la première étape qui consiste à tirer la sonnette d’alarme pour que les gens puissent récupérer leurs cartes. Et ce combat ira crescendo. Apres les sous préfectures, si les gens devait aller jusqu’à la présidence de la République pour exiger qu’on leur remette leurs cartes, cela se fera « , avertit l’édile de Mermoz.

L’ancien compagnon de Macky Sall, n’a pas manqué de souligner les défaillances liées à la confection des nouvelles cartes biométriques. En cela, il assène :  » On acceptera pas que 50 milliards de francs CFA du contribuable Sénégalais soit injecté dans un fichier électoral, et qu’aujourd’hui, on ne puisse pas réunir les conditions pour permettre aux sénégalais d’exercer un droit que leur confère la constitution. Il est inadmissible que dans un fichier qui prétend s’appuyer sur la biométrie, qu’on retrouve une personne avec deux ou trois cartes d’identification. Je mets Macky Sall devant ses responsabilités. La violence n’a pas encore commencé.

La rédaction