Affaire Sonko : nul n’est au-dessus de la loi (par Sidy Malick Ndiaye)

Les lois sont faites pour être respectées ! Nul n’est au-dessus de la loi et force restera toujours à elle. Ce qui me ramène à évoquer l’affaire Ousmane Sonko/Adji Sarr qui défraie la chronique ces derniers jours. Le leader politique précité est accusé de viol par la dame sus-nommée dans un salon de beauté où il se faisait régulièrement masser pour dompter selon lui, une pathologie (douleur lombaire). La présumée victime a alors déposé une plainte à la Section de recherches de la Gendarmerie de Colobane qui aussitôt convoque M. Ousmane Sonko pour audition afin que le dossier puisse être présenté au maître des poursuites le Procureur de la République . M. Ousmane Sonko, non content de refuser de déférer à la convocation se réfugiant derrière son immunité parlementaire (il est député), tient un point de presse chez lui pour inviter ses militants et sympathisants à se lever comme un seul homme pour se dresser devant toute tentative des forces de l’ordre de le contraindre à aller répondre. Ainsi, dés les premières heures de la matinée du lundi 8 février 2021, une foule immense se regroupe devant le domicile du leader de Pastef/les Patriotes (son parti politique). Les rassemblements de ce genre étant interdits en cette période de couvre-feu, covid-19 oblige, les forces de police font une descente sur les lieux pour disperser les éventuels attroupements. Ce qui est loin de ce que certains partisans déclarent en affirmant que les policiers étaient là pour amener M. Ousmane Sonko. Des échauffourées s’en sont suivies et des dégâts collatéraux ont causé d’énormes préjudices à des paisibles citoyens qui n’avaient rien à voir dans cette affaire purement privée. Des voitures incendiées, des maisons brûlées, des vitres cassées, des blessés des deux côtés (manifestants et policiers). Tout ceci par la faute d’un homme politique qui pourtant a des ambitions présidentielles, qui a presque appelé à l’ insurrection dans son point de presse en tenant des propos de ce genre je cite : « mortal combat, il faut engager le combat car Macky Sall ne connait que le combat. C’est lui qui est à l’origine de ce complot … ».

Que vient faire Macky Sall dans cette affaire de mœurs dont le seul responsable est celui qui est accusé, lui-même Ousmane Sonko ? Qu’est-ce qu’il est allé faire dans cette galère ? pour paraphraser Molière. Pourquoi le choix de ce lieu, un salon de beauté où la masseuse n’est autre qu’une femme de ménage, de niveau scolaire très bas, qui n’est sûrement pas plus habilitée que ses épouses qui ont certainement des mains plus expertes si ce n’est que pour se masser, sans aucune autre intention sensuelle ? Les kinésithérapeutes qui ont appris ce métier et en sont diplômés, reconnus par le département de la Santé ne sont-ils pas plus habilités s’il est réellement question de se soigner ?

De grâce que l’opinion publique nous épargne de ces amalgames qui consistent à comparer les affaires Karim Wade et autres… Khalifa Sall, qui étaient plus des problèmes de deniers publiques que des mœurs. Ces derniers ont été condamnés pour des fautes que le Tribunal a jugées dans les règles établies et que des avocats ont défendues en utilisant toutes les voies de recours.

M. Ousmane Sonko est habitué des faits de refus d’obtempérer. Pour rappel, c’est son refus de répondre à une convocation du Conseil de Discipline de la Fonction Publique qui lui a valu sa radiation. Il n’était pas encore député lorsque la commission parlementaire l’Assemblée Nationale l’a convoqué pour l’affaire des 94 milliards dont lui-même avait accusé son collègue M. Mamour Diallo de les avoir détournés, il avait non seulement refusé de répondre, mais avait traité ses collègues députés de « députaillons » et « d’enfantillages ».
M. Ousmane Sonko se croit plus important que tout le monde et a un égo surdimensionné. Pourvu qu’il sorte indemne de cette affaire de mœurs que seuls lui et son accusatrice savent de quoi il retourne.

Citoyennement !!! Sidy Malick Ndiaye

.