Affaire des 94 Milliards : Mamour Diallo blanchi, Sonko traîné dans la fange par les apéristes de Bambey…

Dakarmidi- Depuis que la Commission  d’enquête parlementaire de l’Assemblée Nationale a innocenté Mamadou Mamour Diallo au sujet  d’un détournement présumé de 94 Milliards de F CFA, Ousmane Sonko est en train d’avaler des couleuvres. Des partisans du régime en place ne lui font nullement cadeau.  Que nenni ! Face à la presse, ce vendredi,  les apéristes du département de  Bambey ont taxé le leader du parti PASREF de « fieffé menteur, honteux manipulateur,  revanchard-salafiste»  qui s’attèle à la démolition de l’héritage de paix et de concorde dans notre  très cher pays le Sénégal : «Aujourd’hui, la vérité a fini par éclore au grand jour. Ousmane Sonko qui a tenu plusieurs rencontres avec la presse pour accuser gratuitement Mamadou Mamour Diallo d’avoir détourné la  rondelette somme de 94 Milliards de F CFA  à la Direction des Domaines, vient d’être rabroué. Tout ce qu’il avait raconté ne cadre pas avec la vérité. C’était de purs songes et mensonges d’après les enquêtes sérieusement menées par la Commission parlementaire de l’Assemblée Nationale en charge de cette question. Il a beau tenté à tromper le peuple sénégalais en lui faisant  croire des inepties. Ce salafiste qui a l’insulte à la bouche doit alors se taire et se terrer à jamais », peste Mamadou Ndiaye dit « Ndiaye Bambey». Le jeune responsable politique de l’Alliance Pour la République(APR) à Bambey, de renchérir : «Ce gosse qui pense que le pouvoir s’acquiert par l’usage de contre-vérités doit, aujourd’hui, faire profil bas s’il lui reste, ne serait-ce, qu’une petite goutte de sang …bleu. L’histoire a montré qu’il a moult fois essayé de négocier avec la famille pour se faire de l’argent sur le dos du peuple sénégalais. Dieu l’a, ainsi, humilié à la face du monde. Le fait qu’il avait refusé d’aller répondre à la Commission d’enquête parlementaire prouve à suffisance son statut de menteur de grand chemin et de gueulards patentés », a laissé entendre Ndiaye Bambey, la rage au cœur.