Ziguinchor : Un sapeur-pompier qui se faisait passer pour un gendarme, mis aux arrêts

Le fait inédit, défraie la chronique dans la capitale sud du pays. C’est un sapeur-pompier en exercice à l’état-major de la caserne de Ziguinchor qui arnaquait les populations à l’heure du couvre-feu. Il a été mis aux arrêts.

Les faits qui ont eu lieu dans le quartier de Kadior, situé à la lisière de la commune de Ziguinchor, se sont déroulés dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 mars 20, aux environs de 20 heures 15. Ismaila Ndiaye puisse que c’est de lui qu’il s’agit, est de la Classe 97. Il est en service à la caserne de l’état-major des soldats du feu sis au quartier Escale, au cœur de la ville. Son interpellation a eu lieu au moment où les forces de l’ordre avaient commencé à veiller au respect de la mesure du couvre-feu dans la commune. Âgé d’une trentaine d’année, Ismaila Ndiaye a été «ébauché» par les forces de sécurité pendant qu’il détenait par devers lui des portables. Il se faisait passer pour un gendarme. Selon nos gorges profondes, «Ismaila Ndiaye s’était bien distingué dans ce fait qui est de terroriser les populations de cette zone, le quartier de Kadior. Dans sa tenue, il subtilisait leurs biens. Il était toujours vêtu de la tenue de la gendarmerie. Il a commencé à s’illustrer dès les premiers jours du couvre-feu», explique sous le couvert de l’anonymat un habitant du quartier de Kadior. «Sa cible était le plus souvent les jeunes qui ne respectaient pas la mesure du couvre-feu. Il leur a arraché beaucoup de portables», a ajouté notre interlocuteur. Dénoncé puis démasqué, le faux gendarme a été arrêté aux environs de 22 heures par les gendarmes à la suite d’une course folle digne d’un film hollywoodien à travers les artères de la ville.

Il est depuis ce lundi matin entre les mains du Procureur de la République. Son enquête bouclée, il sera envoyé à la maison d’arrêt et de correction de Ziguinchor, pour usurpation de fonction et violence sur la voie publique. Leur souffrance atténuée, les habitants du quartier de Kadior ont poussé un grand ouf de soulagement.