Vendredi chaud en Côte d’Ivoire : des mutins sèment la terreur dans le pays mais l’Etat sévit pour rétablir l’ordre

Dakarmidi – La journée de ce vendredi a été chaude en Côte d’Ivoire où ont été notés des mouvements d’humeur de militaires mécontents suite à l’annonce faite la veille de l’abandon de leurs revendications.

Après l’annonce jeudi à la télévision nationale par le sergent Fofana, présenté comme le porte-parole des 8 400 soldats qui s’étaient mutinés dans les casernes ivoiriennes début janvier, de la fin du mouvement de contestation présentant ses « excuses » au nom des 8 400, a soldats et annonçant que ces derniers renonçaient « définitivement à toute revendication d’ordre financier », les militaires se sont rebellés.

Ils  ont exprimé, selon jeune Afrique, leur mécontentement ce vendredi dans la journée, dans différentes villes du pays, tirant en l’air à Bouaké mais aussi à Abidjan, la capitale économique, et plusieurs autres villes du pays où ils ont semé  la terreur.

Les autorités ont réagi face à cette situation en milieu de journée faisant preuve de fermeté. Parlant au nom du gouvernement, le ministre ivoirien de la défense a déclaré à l’issue d’une réunion du Conseil national de sécurité (CNS) à laquelle participait notamment le président Alassane Ouattara, que les décisions annoncées jeudi seraient appliquées.

« Le gouvernement a choisi la fermeté. Il n’y a rien à négocier. L’ordre sera rétabli. Les forces de sécurité se déploieront pour libérer les emprises contrôlées par les soldats mécontents », a-t-il déclaré.

Le chef d’Etat major général des armes vient lui aussi de faire une déclaration à la télévision nationale ivoirienne pour appeler au calme. Reste à voir si cet appel sera entendu.

Nous y reviendrons

La Rédaction