Un master en ingénierie pétrolière et gazière lancé

Dakarmidi – Le chef de l’Etat Macky Sall en collaboration avec l’Institut national du pétrole et du gaz (INPG) a procédé hier, mardi 23 octobre 2018 au lancement d’un master spécialisé en ingénierie pétrolière et gazière dont la première promotion va compter 20 étudiants.

L’Institut national du pétrole et du gaz « a pour rôle capital de développer le potentiel de la jeunesse et de rehausser le niveau d’expertise de l’administration afin de répondre aux défis de l’industrie pétrolière et gazière qui est de pointe », a expliqué le président Macky Sall lors de la cérémonie de lancement.

Il a appelé le nouvel institut à s’appuyer sur le triptyque « transparence-efficience-compétence » pour mettre à la disposition du secteur des ressources humaines « hautement qualifiées », capables de maîtriser les aspects géostratégique, technologique, financier, juridique, administratif et environnemental de l’économie pétrolière.
S’adressant aux pensionnaires du nouvel institut, il a déclaré : « Il faut que vous soyez concentrés dans votre formation et aussi que vous soyez mis dans de bonnes dispositions. Pour cela, chassez tout esprit de revendication, de contestation ».
« Pour l’INPG, a-t-il ajouté dans des propos rapportés par plusieurs médias sénégalais, j’avais demandé que soit inscrit dans les statuts qu’il n’y ait pas de droit de grève. Nous sommes dans le monde de l’industrie, dans des choses très sérieuses qui ne vont pas avec ces genres de comportement ».
Le master spécialisé en ingénierie pétrolière et gazière de l’INPG va dispenser ses enseignements suivant un programme de 18 mois, dont 12 mois de cours et 6 mois de stage, nous informe l’Aps.
Il est ouvert aux titulaires d’un Bac plus 5, ingénieurs en mécanique, génie civil et géologie, consistant en une spécialisation de haut niveau.
A la différence du master sanctionnant la fin des études de deuxième cycle universitaire, le master spécialisé est un diplôme délivré par les grandes écoles, hors du système universitaire.
La rédaction