Un acteur opte pour un dépistage démédicalisé du VIH/Sida

Dakarmidi – Le chargé de programmes de l’Alliance nationale des communautés pour la santé (ANCS), Massogui Thiandoum, a lié ce vendredi 30 novembre 2018 à Dakar, le succès du dépistage démédicalisé du virus du SIDA, à une délégation des taches à des acteurs communautaires et à la disponibilité des intrants et autres consommables.

« La clé de la réussite du dépistage démédicalisé réside dans la délégation des tâches aux acteurs communautaires, la mise à disposition des intrants et consommables nécessaires au dépistage » a-t-il dit en prenant la parole à une cérémonie marquant la célébration de la Journée mondiale du Sida au Sénégal.

D’après l’Aps, la manifestation est organisée par le Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS) à la veille de la Journée mondiale du Sida, que la communauté internationale organise le 1-er décembre de chaque année. L’édition 2018 est célébrée sous le thème : ‘’Connais ton statut nous interpelle tous’’.

La démédicalisation consiste, en pratique, à autoriser du personnel non médical, mais rigoureusement formé, à effectuer certains actes biomédicaux simples, tels que le dépistage rapide du VIH, expliqué Massogui Thiandoum.

Il a ajouté l’administration du traitement post-exposition ou encore la dispensation du traitement anti-VIH aux patients diagnostiqués les plus stables’’ a relevé le chargé de programme à l’ANCS’’ dans la démédicalisation de la réponse au Vih.

Il a fait comprendre que l’aspect démédicalisation englobait également ‘’l’adaptation des stratégies permettant d’atteindre les personnes qui ne fréquentent pas les structures de santé’’.

Le chargé de programmes de l’ANCS a dit que l’espoir était permis, en dépit des efforts à faire. ‘’ Avec un traitement efficace, une personne infectée ne transmet plus le virus et peut rester en bonne santé’’, a-t-il fait valoir.

« La démédicalisation c’est aussi élargir aux infirmiers et infirmières le droit de prescrire ou renouveler des traitements et permettre à du personnel associatif de les distribuer’’ a encore dit Thiandoum.

Selon lui, l’ANCS et l’ensemble des acteurs de la société civile impliqués dans la réponse au VIH se sont résolument engagés vers l’atteinte des 90.90.90 d’ici à 2020 à travers une approche mixte dans l’expérimentation du test rapide de dépistage (TROD).

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom