TOUBA : Le Magal de Kazou Rajab célébré le jour de la prestation de serment de Macky

La communauté mouride va célébrer le mardi 02 avril prochain le Magal de Kazou Rajab qui commémore la naissance de la naissance de Serigne Fallou Mbacké (1888-1968), deuxième khalife général de la communauté mouride. Une célébration qui coïncide cette année avec la prestation de serment du Président de la République, Macky Sall, vainqueur du dernier scrutin présidentiel du 24 février 2019.

Mais déjà, les organisateurs s’activement pour donner à ce deuxième plus grand rassemblement de la confrérie mouride, après le grand Magal de Touba, un cachet exceptionnel à la dimension de cet événement. C’est dans cette logique qu’un Crd (Comité régional de développement) spécialement consacré aux préparatifs du Magal de Kazou Rajab, se déroule depuis ce matin à la gouvernance de Diourbel. Une rencontre présidée par le gouverneur, Mouhamadou Moustapha Ndao, en présence de Serigne Mourtalla Falilou Mbacké, le représentant de la famille, et lors de laquelle l’ensemble des secteurs ayant au déroulement dudit Magal ont été passés à la loupe. Il s’agit entre autres de la sécurité, la santé, l’assainissement, les transports, l’hygiène, le commerce, les douanes, les eaux et forêts, la communication, etc. En outre, l’ensemble des services impliqués se sont engagés à ne ménager aucun effort pour la réussite de la célébration.      De sa naissance dans le village de Darou Salam en 1888 à sa disparition le 06 aout 1968, et fils de Cheikh Ahmadou Bamba et de Sokhna Awa Bousso dite « Sokhna Diarra », le vénéré Serigne Fallou Mbacké connu sous d’autres noms comme Gallas, Fadel, ou encore Falilou, est jusque-là sans nul doute le khalife (à l’âge de 60 ans) qui aura duré le plus à la tête de la communauté mouride avec 23 années au khalifat.  Aussi, il aura été le plus populaire de toute la descendance de Serigne Touba. Accédant au khalifat suite à la disparition de son frère Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké rappelé à Dieu le 13 juillet 1945, Serigne Fallou Mbacké s’est certes distingué dans plusieurs domaines en plus de l’enseignement des percepts et valeurs de l’Islam et ceux de Cheikh Ahmadou Bamba, mais il s’est signalé comme le bâtisseur pour voir été le premier à s’être illustré dans la modernisation de la cité religieuse.