Tête de liste Benno Bokk Yakkar : après le tête-à-tête, Moustapha Niasse donne des gages à Macky Sall et fait de lui le candidat de l’Afp en 2019

Dakarmidi –  Le parti du président de l’Assemblée Nationale, l’Alliance des Forces du Progrès (Afp) a tenu hier samedi dans la précipitation, un symposium sur le thème «l’Afp face aux défis économiques et politiques du Sénégal». L’occasion a été saisie par Moustapha Niasse, secrétaire général du parti, pour revenir sur la cohabitation entre sa formation politique et celle du Président de la République et sur le niveau de développement économique du pays.

Par rapport au compagnonnage entre l’Afp et l’Apr au sein de ‘Benno Bokk Yaakar’, le vieux lion de Keur Madiabel tranche net et démontre clairement qu’avec Macky Sall, ils sont dans un partenariat « gagnant-gagnant » c’est pourquoi il s’est voulu très précis. «Pour les législatives, je ne suis pas candidat. L’Afp a un contrat moral avec le Président Macky Sall. En 2019 aussi, il sera le candidat de notre parti», dira Moustapha Niasse, qui s’empresse de préciser qu’il ne lèvera jamais la main pour demander un poste en politique mais si on lui propose quelque chose, il a la liberté de faire un choix, une haute tactique « chimerienne » qui exclut la pensée des hommes irréfléchis.

Dans la même veine, il peint d’un tableau si reluisant les réalisations de Macky Sall : «Le Président Macky Sall est aujourd’hui à la tête du pays parce que Dieu l’a voulu ainsi. On doit l’appuyer dans sa politique. Les changements économiques du pays sont visibles. Partout on voit des avancées importantes et ce, à tous les niveaux. Personne ne peut ignorer ça, à moins qu’on veuille fermer les yeux et dire autre chose», a encore défendu l’allié de taille de Macky Sall.

Les gages sont fournies, Niass n’est demandeur de rien mais affiche son goût pour les dorures de la République, c’est pourquoi il s’agrippe à son poste, la balle est maintenant retournée au grand décideur, Macky Sall qui aura évité à son fidèle allié les chemins sinueux de la résistance, de l’opposition et de la retraite anticipée.

La Rédaction