Souvenir – 2018 : Quand Gentle mara abordait le phénomène Sonko, un patriote qui fait de nos jours des jaloux

Dakarmidi- Personnellement et en tant que « journaliste » et loin d’être « Doulnaliste » je suis pour la non diffamation.

Pourquoi  ?

Diffamation : Accusation selon laquelle un journaliste a écrit des contre-vérités ou s’est fait le relais de vérités qu’il valait mieux ne pas ébruiter, une citation de Philippe Bouvard  dans son ouvrage Bouvard de A à Z (2014).

À  la réponse sur la question qu’est ce qu’un journaliste ?, sachez ceci selon la loi :
Est considérée comme journaliste au sens du premier alinéa toute personne qui, exerçant sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, de communication au public en ligne, de communication audiovisuelle ou une ou plusieurs agences de presse, y pratique, à titre régulier et rétribué, le recueil d’informations et leur diffusion au public.

Il ne peut être porté atteinte directement ou indirectement au secret des sources que si un impératif prépondérant d’intérêt public le justifie et si les mesures envisagées sont strictement nécessaires et proportionnées au but légitime poursuivi. Cette atteinte ne peut en aucun cas consister en une obligation pour le journaliste de révéler ses sources.

Enfin ajouter y ceci : En face de la marée montante de la bêtise, il est nécessaire également d’opposer quelques refus. Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu’un esprit un peu propre accepte d’être malhonnête. Or, et pour peu qu’on connaisse le mécanisme des informations, il est facile de s’assurer de l’authenticité d’une nouvelle. C’est à cela qu’un journaliste libre doit donner toute son attention. Car, s’il ne peut dire tout ce qu’il pense, il lui est possible de ne pas dire ce qu’il ne pense pas ou qu’il croit faux. Et c’est ainsi qu’un journal libre se mesure autant à ce qu’il dit qu’à ce qu’il ne dit pas. Cette liberté toute négative est, de loin, la plus importante de toutes, si l’on sait la maintenir. Car elle prépare l’avènement de la vraie liberté. En conséquence, un journal indépendant donne l’origine de ses informations, aide le public à les évaluer, répudie le bourrage de crâne, supprime les invectives, pallie par des commentaires l’uniformisation des informations et, en bref, sert la vérité dans la mesure humaine de ses forces. Cette mesure, si relative qu’elle soit, lui permet du moins de refuser ce qu’aucune force au monde ne pourrait lui faire accepter : servir le mensonge. »

Albert Camus, écrivain, « Les Quatre Commandements du journaliste libre », manifeste censuré qui devait paraître dans Le Soir républicain (Alger), le 25 novembre 1939 [2].