Soulymane Bachir Diagne n’a pas fini de convaincre ses pairs (Par Ibrahima Samba M. Dia) )

Dakarmidi-Le milieu universitaire sénégalais et africain a été honoré en la personne du philosophe sénégalais SOULEYMANE BACHIR DIAGNE. En effet, c’est dans deux ACADEMIES prestigieuses qu’il a été accepté en l’espace d’un mois. D’abord le 25 Mars 2019, c’est L’ACADÉMIE ROYALE DE BELGIQUE qui l’a élu comme membre en ces termes : 《J’ai l’honneur de vous faire savoir que la Classe des Lettres et Sciences morales et politiques, voulant témoigner l’estime qu’elle professe pour vos travaux, vous a élu Membre associé en sa séance du lundi 25 mars 2019》

Quelques semaines plus tard, plus précisément le 17 avril 2019, c’est l’American Academy of Arts and Sciences (l’Académie américaine des Arts et Sciences) qui l’a élu comme membre, avec une centaine d’autres, en reconnaissance de « leurs travaux exceptionnels » dans les domaines universitaires, des arts, du commerce, de la gouvernance et des affaires publiques.

Il faut préciser que le professeur Diagne est un habitué des distinctions. Déjà, en2004, un dossier du Nouvel Observateur le retient dans sa sélection des « 25 grands penseurs du monde entier ».

En 2007, il figure parmi « les 100 personnalités qui font l’Afrique », selon l’hebdomadaire Jeune Afrique.

En 2011, il a reçu le prix Édouard-Glissant pour l’ensemble de son œuvre.

En 2018, L’ASSOCIATION CARRIBEENE DE PHILOSOPHIE lui décernait un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Dans la même année, un colloque avait été organisé par ses anciens étudiants sur l’ensemble de son oeuvre.

La particularité des deux distinctions qu’il a reçu en cette année 2019 consiste au fait que c’est une reconnaissance par ses pairs d’autres nations (americaine et belge). Et cela marque l’universalité de sa pensée.  Pour rappel, Une Académie est une assemblée de gens de lettres, de savants ou d’ artistes reconnus par leurs pairs. Ces dites assemblées ont pour mission de veiller aux règles, codes et usages dans leurs disciplines. Pour ce faire, les académies publient des ouvrages tels que des

dictionnaires, des grammaires, etc.

Notons que le philosophe sénégalais est auteur d’une dizaine d’ouvrages (portant principalement sur la LOGIQUE, la CULTURE AFRICAINE et la PHILOSOPHIE ISLAMIQUE) et de plusieurs articles et contributions dans des revues à travers le monde.

Son influence à travers et dans son propre pays n’est plus à démontrer. Pour preuve, il a enseigné pendant plus de 20 ans à l’université cheikh anta diop de Dakar avant de partir pour les ÉTATS-UNIS où il enseigne à l’université de COLUMBIA. En 2013, c’est à lui que l’Etat du Sénégal a fait appel pour présider  la concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui a préconisé une réforme ambitieuse du système universitaire autour de 11 décisions majeures en faveur de la réorientation vers les sciences, le numérique et les technologies: c’est la « fameuse » réforme universitaire qui lui a valu beaucoup d’incompréhension de la part d’une partie des étudiants.

Quoi qu’il en soit, la portée et la quintessence de sa pensée ne sont plus à démontrer. Tout ce qui reste à faire c’est que la jeunesse intellectuelle de notre pays s’approprie les travaux de cette icône afin de les approfondir.

 

Ibrahima Samba Mody Dia est doctorant au département de philosophie de Dakar.