Situation socio-politique: Malick Gakou liste les échecs du régime

Dakarmidi – Malick Gakou, le président du Grand Parti a énuméré, dans un communiqué, les difficultés constatées dans les secteurs politique, économique et social du pays. Il a aussi dénoncé les traitements infligés à Khalifa Sall et Karim Wade qui, selon lui, sont victimes d’une machination orchestrée par le pouvoir.

« Macky Sall a complètement perdu le sens des priorités. Il n’est obnubilé, voire obsédé que par sa réélection au moment où les sénégalais, toutes catégories socio professionnelles confondues, souffrent le martyr », souligne l’ancien ministre du Commerce qui informe que le pays souffre dans tous les secteurs.

Dans le domaine agricole, le leader du Grand parti dénonce le problème des paysans qui peinent à se relever d’une campagne de commercialisation agricole complètement ratée.

Dans le domaine de la santé, il déplore le fait que les travailleurs soient à leur énième plan d’action pour le non-respect des accords signés par le Gouvernement  depuis 2014. Parlant du secteur de l’éducation, Gakou affirme que l’année scolaire a été sauvée de justesse dans l’Elémentaire et le Moyen secondaire, suite au bras de fer entre les syndicats d’enseignants et le Gouvernement.

Évoquant la pénurie d’eau, Malick Gakou rappelle que la date du 20 juillet annoncée à plusieurs reprises pour la fin de la grande pénurie à Dakar, vient d’être dépassée sans que le problème ne soit réglé.

Selon l’as, Gakou et ses camarades soulignent par ailleurs que les agents de la Senelec, à travers leurs syndicats, ont alerté sur le retour imminent des délestages en raison d’une dette de 235 milliards due par l’Etat. « Ils n’ont pour seule et unique préoccupation que sa réélection et déploient toute leur énergie et toute leur imagination pour y arriver. Y compris en tripatouillant la Constitution, en manipulant la loi électorale et en instrumentalisant la justice pour éliminer de potentiels adversaires » a t-il déploré.

Revenant sur le cas de Khalifa Sall, Malick Gakou rappelle les irrégularités flagrantes relevées par la Cour de justice de la Cedeao ‘violation de la présomption d’innocence, non assistance d’un avocat ni à son interpellation ni à son audition, détention arbitraire et violation du droit à un procès équitable), qui, selon lui, auraient dû entrainer l’annulation de la procédure; par conséquent sa libération.

La rédaction