Situation de la pêche au Sénégal: Thierno Bocoum demande « la suspension provisoire des licences de pêches des bateaux… »

Dakarmidi – Au chevet des pêcheurs de Saint-Louis hier, dimanche 18 mars pour s’enquérir de leur situation dans la Langue de Barbarie, Thierno Bocoum a demandé  » au gouvernement de renforcer la pêche artisanale et de suspendre provisoirement la signature de licences de pêches pour le compte des bateaux étrangers… »  Dans une déclaration parvenue à Dakarmidi, le Président du Mouvement AGIR propose des solutions à l’État du Sénégal. Selon lui, il faut en urgence, venir en aide à ces « milliers de pères de familles et de parents qui ne parviennent plus à satisfaire leurs besoins primaires… »

Déclaration:

Les pêcheurs sénégalais, tenaillés entre l’avancée de la mer qui brise leurs habitations et la rareté des ressources halieutiques dans les eaux maritimes sénégalaises, sont aujourd’hui dans le désarroi total. Nos visites à Bargny, guets Ndar et autres localités de la côte sénégalaise, nous ont permis de mesurer l’urgence de se pencher sur le secteur de la pêche et de secourir ces milliers de pères de familles et de parents qui ne parviennent plus à satisfaire des besoins primaires d’ordre familiaux et sociaux, faute de ressources. Ce secteur qui génère plus de 600 000 emplois directs ou indirects doit être une préoccupation majeure pour le gouvernement sénégalais.

Nous demandons au gouvernement de renforcer la pêche artisanale et de suspendre provisoirement la signature de licences de pêches pour le compte des bateaux étrangers.
Nous incitons le gouvernement à mettre sur pied une politique de repos biologique conséquente et une bonne gestion des aires marines protégées existantes pour une régénération harmonieuse de nos ressources halieutiques.
Nous exigeons le renforcement de la surveillance de nos eaux pour barrer la route aux bateaux pirates qui profitent de leurs licences accordées par d’autres pays pour visiter notre espace maritime, sans être inquiétés.
Le gouvernement sénégalais doit également s’atteler à se rapprocher de nos voisins pour une gestion régionale des ressources halieutiques qui prendra en compte la nature migratrice de certaines espèces.

Enfin nous attirons l’attention du gouvernement sénégalais sur la situation sociale difficile des populations impactées et l’invitons à leur fournir aide et assistance.

Thierno Bocoum
Président du Mouvement AGIR

Saint Louis,
ce dimanche 18 Mars 2018