Retrait des enfants de la rue: Une nouvelle approche inclusive mise en oeuvre

Dakarmidi – Niokhobaye Diouf, le directeur de la Promotion des droits de l’Enfant au ministère de la Bonne gouvernance et de la Protection de l’Enfance, a indiqué, hier, jeudi 5 juillet 2018 à Fatick, qu’une nouvelle approche « inclusive » est actuellement mise en oeuvre en perspective du retrait des enfants de la rue.

« C’est une stratégie inclusive qui implique au premier niveau la fédération et les associations de maîtres coraniques », a dit M. Diouf au terme d’un CRD préparatif de la journée de clôture de la semaine nationale de l’enfant (10-17 juillet), prévue à Toubacouta (Foundiougne).


« Les maîtres coraniques, a-t-il poursuivi, sont fortement impliqués dans le processus de retrait avec l’appui d’autres acteurs comme les Comités départementaux de protection de l’enfant (CDPE) qui en sont les maîtres d’œuvre ».

« Il ne s’agit plus de procéder à des opérations de retrait à partir du ministère de tutelle ou du niveau central » a dit M. Diouf, soulignant que « maintenant, la planification relève du préfet, en partenariat avec la Police, la société civile, les partenaires techniques et financiers, les maîtres coraniques, les Badjenou Gox et les Ndeyi Daara ».

« Donc, vraiment c’est de façon inclusive, transversale que tous ces acteurs définissent le modus opérandi dans chaque département pour le retrait des enfants de la rue » a-t-il relevé au cours de la réunion présidée par le gouverneur Souleymane Ciss.
Avant de préciser que « les enfants retirés de la rue sont orientés vers des centres de tri ou d’accueil où on effectue la recherche de leurs parents », nous indique l’aps.
« Et après identification et une mise en garde de la police contre toute récidive, les parents pourront alors retirer leurs enfants », a-t-il ajouté, relevant, que l’innovation dans la nouvelle approche est que « les enfants retirés ne sont plus remis aux maitres
coraniques mais aux parents ».
Il rappelé, que la loi condamne l’exploitation de la mendicité d’autrui d’une amende de 500.000 francs à 2.000000 francs et d’une peine de prison de 2 à 5 ans.
M. Diouf a indiqué que depuis la mise en oeuvre de la nouvelle approche, il y a trois mois « quelque 339 enfants ont été retirés dont 50 enfants originaires de la Guinée Biassau vont être retournés chez eux ».


Le président de la République, Macky Sall avait à l’occasion du Conseil des ministres du 22 juin 2016 exhorté le gouvernement à poursuivre les efforts entrepris dans le retrait des enfants de la rue.

La rédaction