RÉOUVERTURE DE L’ESPACE AÉRIEN : LE PROTOCOLE SANITAIRE MIS EN PLACE

Dakarmidi  – L’ouverture des frontières ariennes est prévue ce mercredi, 15 juillet 2020. A cet effet, le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr a fait une sortie pour rappeler les conditions sanitaires à respecter en cette période où la maladie du coronavirus ne recule pas au Sénégal.

Dans un communiqué de presse parvenu à emedia.sn, le ministre Alioune Sarr informe que les compagnies aériennes ne sont autorisées à commercialiser des services aériens en provenance ou à destination du Sénégal que si elles remplissent certaines conditions. La compagnie doit disposer d’un programme de vol dûment approuvé par l’Autorité de l’Aviation civile. Elle doit également disposer d’une autorisation ponctuelle délivrée par l’Autorité de l’Aviation civile pour effectuer un vol ou une série de vols à destination du Sénégal.

Pour les passagers en transit, la compagnie doit s’assurer que le pays de départ remplit les conditions requises par le pays de destination et accepte de se conformer aux dispositions de la circulaire n° 1025/MTTA du 17 juin 2020 la concernant. Elle devra, notamment renseigner la fiche de désinfection de l’aéronef contre la COVID- 19.

En outre, selon toujours la note du ministre, les compagnies aériennes ne peuvent embarquer des passagers à destination d’un aéroport situé au Sénégal que si le passager présente l’original d’un certificat de test COVID- 19 négatif, datant de moins de sept (07) jours, à compter de la date du test.

« Le certificat où le document qui en fait foi doit être délivré par un laboratoire se situant dans l’Etat où le passager commence ou a commencé le voyage et figurant sur la liste des laboratoires agréés par cet Etat ou un organisme sanitaire international reconnu », lit-on dans le communiqué.

Les compagnies aériennes ne peuvent embarquer des passagers à destination d’un aéroport situé au Sénégal que si « le passager a commencé son voyage dans un Etat ou un test n’est pas disponible ou ne peut être effectué par le passager, à son initiative et dans les délais requis pour le voyage à effectuer. Également, le passager doit accepter de se soumettre à un prélèvement et/ou de subir un test COVID 19 au Sénégal, si cela est jugé nécessaire par l’autorité sanitaire de l’aéroport, suite à une évaluation du risque (symptômes, pays de départ et de transit, durée du transit, séjour pendant le transit, etc.). « Les frais de dépistage sont à la charge du passager. Le lieu et les modalités du prélèvement et/ou du test sont indiquées au passager par un personnel dédié à cette activité », indique-t-on dans le communiqué.

S’agissant des conditions d’entrée sur le territoire du Sénégal, le passager qui remplit les conditions d’admission requises par les services d’immigration doit renseigner un formulaire de localisation de passager pour la santé publique, conformément aux recommandations de l’Organisation de l’Aviation civile internationale, au plus tard avant le débarquement à l’aéroport de destination. Dès le débarquement, le passager doit respecter scrupuleusement les mesures d’hygiène en vigueur dans les aéroports du Sénégal.

« Le cas échéant, le passager doit présenter au personnel du service sanitaire de l’aéroport un certificat de test COVID- 19 négatif, datant de moins de sept jours, à compter de la date du test. Le certificat ou le document qui en fait foi doit être délivré par un laboratoire se situant dans l’Etat où le passager commence ou a commencé le voyage et figurant sur la liste des laboratoires agréés par cet Etat ou un organisme sanitaire international reconnu », lit-on dans le communiqué.

Qui ajoute : « Le passager qui ne remplit pas les conditions prévues fait l’objet d’un test à l’aéroport de destination au Sénégal et doit se soumettre à un prélèvement et/ou subir un test COVID 19 au Sénégal, si cela est jugé nécessaire par l’autorité sanitaire de l’aéroport, à la suite d’une évaluation du risque (symptômes, pays de départ et de transit, durée du transit, séjour pendant le transit, etc.). Les frais de dépistage sont à la charge du passager. Le lieu et les modalités du prélèvement et du test sont indiqués au passager par un personnel dédié à cette activité ».

Selon le document, les dispositions de la présente circulaire entrent en vigueur à compter de la date de signature. Elles font l’objet d’une mise à jour régulière, dans la même forme.