Présidence du Parlement de la CEDEAO : Ce qu’il faut en savoir…

Dakarmidi- Au Sénégal, cela devient une routine : ceux qui parlent ne savent pas et ceux qui savent ne parlent, souvent, pas. Et nous sommes, ce matin, ahuris par la publication d’un article faisant état d’une sanction brandie à l’encontre de son Excellence Monsieur Moustapha Cissé Lo par le Président de la République Macky Sall et, suite, à ses dernières sorties au vitriol. «Cf. Macky sanctionne… Cissé Lo touché, Yakham sain et sauf». Les profanes et/ou ceux qui ignorent d’un bout à bout le fonctionnement du Parlement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO) peuvent penser que le Chef de l’Etat entend  utiliser la chicote contre  le « rebelle» Lo et va maintenir, sur ces entrefaites, la carotte rouge «Soleil» à la bouche de Yakham. Dans l’optique de brouiller les observateurs lucides, ils disent «De toutes façons, les informations en provenance du Palais se montrent claires. La majorité parlementaire à l’Assemblée Nationale va retirer tout son soutien à Moustapha Cissé Lo, lors du prochain renouvellement du bureau du Parlement de la CEDEAO prévue au mois de Mars de l’année 2020. Ce qui veut dire, qu’à coups sûrs, Moustapha Cissé Lo va perdre son poste de Président de l’institution parlementaire sous –régionale. C’est une sanction contre lui, décidée depuis le Palais ». Quelle légèreté d’esprit ! Ces agitateurs ignorent que la Présidence du Parlement de la CEDEAO  est tournante. Parmi les 15 pays membres de l’institution forte de 115 députés élus au suffrage universel indirect par les citoyens des Etats membres et quireprésentent  320 Millions de citoyens, chacun (chaque pays) a le droit d’assurer la présidence durant seulement 4 (quatre) ans. C’est un mandat non renouvelable et, à tour de rôle. Le Sénégal sera amené à la présider dans 54 ans (ndlr : 15-1= 14 x4= 56) Pour vous dire que le Président Moustapha Cissé Lo qui a succédé au Nigérian Iké Ekweremadu en  Février 2016 ne peut, en aucune façon, faire un mandat de plus et que le Président Macky Sall, lui aussi,  n’a aucune possibilité de le maintenir à ce poste. Et c’est clair comme l’eau d’une roche : la fin de sa mission le 03 Février 2020. Aucune mathématique, encore moins, aucun pouvoir ne puisse s’offrir  à quiconque pour qu’il  le maintienne. Ceux qui sont en train de rire sous cape et disent : « C’est bien rôti pour El Pistolero ! » n’ont qu’à désenchanter car ils ont  bien leurs places dans le cercle des gros et gras bornés. En tout cas, le Président Cissé Lo quittera la tête haute, avec le sentiment du devoir accompli.