« On nous tue mais on ne nous déshonore pas » : voici l’origine de la devise de l’armée sénégalaise…

« On nous tue mais on ne nous déshonore pas » : voici l’origine de la devise de l’armée sénégalaise…
« On nous tue mais on ne nous déshonore pas » : voici l’origine de la devise de l’armée sénégalaise…
Le 13 mai 1859, l’armée coloniale de 1000 hommes et sous le commandement de Pinet Laprade, attaque le Sine par Djilass. Une armée du Sine de 2000 hommes, dirigée par le vice roi d’alors (Boumi), Sanou moon Faye, oppose une farouche résistance et remporte la victoire.

Féminisation à outrance de l’armée : le coup de gueule d’un Général du CemgaSélectionné pour vous :
« Féminisation à outrance de l’armée » : le coup de gueule d’un Général du Cemga

C’est ainsi que Sanou Moon prononce son crie de victoire, qui était devenu l’hymne du Sine : «Fañ na Ngoro Rog a deb no kolum, o fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa, fañin fañin fañ fañ fañ ta waćća ćaa».

Le 16 mai 1859, le ministre français de la marine donne de fermes instructions au gouverneur Faidherbe pour qu’il lui règle le problème du Sine. Ce dernier descend sur le terrain accompagné de Pinet Laprade, du lieutenant Brosand de Korguigny, du sous-lieutenant Clary et le docteur Bel avec l’usage des canons (pour la premières fois, un canon tiré par des mulets fut utilisé au Sénégal). L’armée du Sine perd 150
«salmakor» (soldats) contre 70 tués du coté de l’armée coloniale).

« Ces gens là on les tue, on ne les déshonore pas », disait Faidherbe à Pinet Laprade. Propos repris par le Président Leopold Sedar senghor pour la devise de l’armée nationale sénégalaise.