Lancement de la campagne « France DEGAGE » au Sénégal

Dakarmidi – « Nous sommes pour une monnaie unique de la CEDEAO car c’est une forme d’intégration mais nous ne sommes pas pour une monnaie unique de la CEDEAO sous tutelle » a dit la porte-parole d’urgence panafricaniste Ndeye Nogaye Babel Sow . Une déclaration faite lors du lancement officiel de la campagne « France Dégage » ce mardi 21 novembre 2017 à Dakar en collaboration avec le front anti APE, anti CFA, le réseau panafricain espoir d’Afrique ainsi qu’Up kémit .

Cette organisation qui lutte, pour la souveraineté monétaire des pays africains de la zone  CFA  a pour objectif de mettre fin à la main mise de la France dans les conseils d’administration en Afrique et au Sénégal en particulier : « Nous sommes pour une intégration monétaire souveraine et le seul élément qui dérange dans cette intégration monétaire c’est la France. Et en plus de la sortie de la France dans les banques d’administration, l’objectif est que les billets et pièces puissent être fabriquer ici au Sénégal », indique l’activiste Ndeye Nogaye Babel Sow qui a pris part à la rencontre.

Cette lutte touche aussi, le rapatriement des réserves de change détenues par le trésor public français, la fermeture des comptes d’opération ainsi que l’abolition unilatérale des deux conventions, de comptes d’opération qui lient la France à l’UEMOA et à la CEMAC pour décoloniser le FCFA. Les panafricanistes ont tenu à assurer la mise en place d’une série d’action qui leur permettra d’atteindre les objectifs escomptés.

Concernant la création d’une monnaie propre, la porte-parole des panafricanistes est clair : « le Sénégal à la possibilité de créer une monnaie, vu qu’il dispose des réserves d’ors qui peuvent servir à créer une monnaie, en plus des 50% des avoirs extérieurs nets depuis les indépendances à nos jours».

« D’autres organisations en plus des organisations signataires vont adhérer à la campagne », souligne la porte-parole qui a tenu aussi , à annocer la tenue d’un rencontre ce jeudi 23 novembre pour parler de la vente des noirs en Libye.

 

La Rédaction