Mouhamed Diallo sur la pénurie d’eau : « le Sénégal doit passer ce niveau… nous sommes dans les 25 plus pauvres si la situation continue nous ferons partie des 10 pays les plus pauvres »

Dakarmidi – « Ce que je n’arrive pas à comprendre est que depuis l’indépendance, le problème d’eau au Sénégal perdure. Certes, Dakar c’est le Sénégal en miniature mais l’urgence s’est élargie dans les 45 départements du Sénégal. Si à Dakar les gens peuvent crier leur ras le bol ce n’est pas le même cas pour ceux qui se réveillent à l’intérieur du pays. » Le Docteur Mouhamed Diallo, président de l’Union pour la Restauration des Valeurs (URV), réagissait sur la question relative à la pénurie d’eau qui depuis quelques mois est notée dans la capitale sénégalaise et ses environs.

« J’ai suivi la sortie du Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne dire qu’ils vont tenir un conseil présidentiel sur l’hydraulique, mais il devrait d’abord y associer le commandement territorial. Ainsi que les représentants de toutes les régions du Sénégal afin de leur dire la vérité, dire ce qui se passe réellement. Par exemple prenons le cas d’une région comme Kaolack, une localité qui depuis plusieurs années souffre d’un manque d’eau, le Fouta, le Podor des zones qui peuvent rester une semaine sans eau. Peut-être qu’ils n’ont pas les moyens comme Dakar pour communiquer » a-t-il lancé.

Dans la foulée, l’ancien collaborateur du président Macky Sall martèle « Une fois de plus, je partage le cri du coeur des populations surtout les habitants des Parcelles Assainies. Une des communes les plus importantes de la capitale. Il est grand temps que le Sénégal puisse passer ce cap. Nous avons été classé sur la liste des 25 pays les plus pauvres du pays. Mais si cela continu, nous allons faire partie des 10 pays les plus pauvres du monde. Donc que les autorités réagissent en allant prendre le maximum d’informations sur la situation du pays ».

Parlant de l’actualité politique du Sénégal et de la présidentielle 2019, Mouhamed Diallo a révélé être actuellement en pourparlers avec de hautes autorités politiques. « Nous sommes actuellement en discussion avec le candidat du « Rewmi », Idrissa Seck, avec le camp présidentiel du président Macky Sall, nous discutions avec la formation de Cheikh Hadjibou Soumaré, nous sommes aussi en train de communiquer avec le PUR de El Hadji Issa Sall. Ce sont ces quatre candidats nous ont envoyé leurs plénipotentiaires afin que les deux parties puissent discuter. Nous continuons la concertation pour voir le meilleur profil que l’URV pourra soutenir afin de pouvoir remporter haut la main la présidentielle ».

« Il est important de préciser qu’au Sénégal, personne ne peut être rassuré à 100% qu’il peut remporter les élections. Ce que je veux dire à tous les candidats c’est de ne sous-estimer aucun leader politique influent qui pourra sans doute apporter des voix. Encore une fois de plus je vais demander aux jeunes d’être ambitieux et de ne pas être prétentieux. Les sénégalais ne sont pas encore prêts à confier le pays à un jeune », dira-t-il s’adressant aux jeunes leaders politiques qui ont choisi d’aller à la conquête de la magistrature suprême.

« Nous demandons donc aux jeunes de revenir à la raison et qu’il sache qu’avec le parrainage, ils ne dépasseront même pas 10.000 signatures. Donc qu’ils reviennent à la raison », a conclu le président de l’Union pour la Restauration des Valeurs (URV).

La rédaction