Menace du C25 : La réponse très salée de Macky Sall

Le président Macky Sall n’a pas mis du temps à apporter la réplique au C25 qui, dans une déclaration, menace de saboter sa campagne en le considérant comme un « candidat éliminé ». Le Chef de l’Etat, à Kaolack lors de la cérémonie de dédicace du livre d’Aliou Fall intitulé : « Macky, la réponse par l’action », en a profité pour battre en brèche les griefs soulevés par ses adversaires. Le candidat de BBY se dit prêt à en découdre avec l’opposition, si toutefois elle tenterait d’empêcher un débat serein pendant la prochaine campagne présidentielle.

 »S’ils (opposition) veulent empêcher un débat serein, ils me trouveront sur leur chemin… »

« Il ne faut pas qu’on soit diverti par des débats inventés qui n’ont rien à avoir avec les préoccupations de nos compatriotes. Je suis un acteur politique, donc j’assume mon action. J’ai lutté pour devenir ce que je suis. Je n’ai pas peur de la lutte. Ils (opposition) ne peuvent je ne sais pas par quelle alchimie faire peur ; maintenant empêcher un débat serein, ils me trouveront sur leur chemin. Si nous nous battons pour mettre un TER, c’est pour que j’aille prendre un TER pour aller à Diamniadio. Si je m’efforce à acheter et mettre des avions pour AIR Sénégal SA, c’est pour que le prestige et aussi l’aura du Sénégal compte dans le concert des nations. Donc, nous ne pouvons pas accepter que ce débat soit escamoté. Je me soumets à la critique. Je ne refuse pas d’être critiqué ou que mon action soit critiquée, c’est normal qu’il y ait des échecs parfois. Mais déjà, ce qu’on a fait est largement au dessus de ce qui a été fait jusque-là à tout point de vue. »

« Un débat réduit à des personnes ne m’intéresse pas. »

« Le débat doit être ramené à un niveau compréhensif, à la portée des populations. Il y’en a ceux qui considèrent que je ne dois pas être Président. Donc, ils ne sont pas contents et ils ne le seront jamais. Ce n’est plus une question d’idéologie, ce n’est pas non plus une question de programme, mais c’est devenu une question de personne. Quand le débat est réduit maintenant à un débat de personne, en ce moment, il ne m’intéresse pas parce que j’ai autre chose à faire que de perdre du temps sur des quolibets qui ne peuvent absolument pas faire avancer le Sénégal. »