«Massalikoul Jinaan» : Quand Mbackyou Faye s’apprête à inaugurer un édifice inachevé…

Dakarmidi-L’inauguration de la grande mosquée mouride de Dakar «Massalikoul Jinaan» vient d’être annoncé à grands renforts…médiatiques. Elle est prévue, si l’on en croit nos sources, les 18, 19 et 20 Septembre prochains. Mais, déjà des bruits de bottes se font entendre au sujet de la réception de cet édifice de culte. Le maître d’œuvre des chantiers, par ailleurs, représentant du Khalife Général des Mourides dans la capitale sénégalaise, Mbackyou Faye,  est accusé de vouloir inaugurer une mosquée non encore achevé : «Nous avons été surpris d’entendre Mbackyou Faye annoncer en grande pompe l’inauguration de la mosquée «Massalikoul Jinaan» de Colobane (Dakar) pour les 18, 19 et 20 Septembre 2019. Nous sommes tristes de constater qu’il reste beaucoup à faire. Les travaux de revêtement  ne sont pas finis ; il ya une bonne partie du gros de l’œuvre  qui en est de même », se désole Serigne Khassim Mbacké. Le petit-fils de Serigne Bassirou Mbacké Ibn Serigne Touba Khadimou Rassoul, de poursuivre avec amertume : «C’est la première fois dans l’histoire du Mouridisme que des chantiers de la sorte sont à la traîne. Lancés officiellement en 2010 par El Hadji Mouhamadou Lamine Bara Mbacké Falilou, alors Khalife Général des Mourides, les travaux de ce lieu de culte dédié au Fondateur du Mouridisme ont duré presque dix(10) bonnes années. Le 6ème Khalife des mourides y avait mis des milliards en guise de contribution. Idem pour son successeur Serigne Sidy Moctar Mbacké. Les talibés mourides du Sénégal et de la diaspora, les bonnes volontés ont tous mis la main à la poche pour faire sortir de terre de cette mosquée. Mais, à cause d’une très mauvaise gestion des fonds, on est à ce stade-là. Mbackyou Faye et ses thuriféraires gèrent l’argent de «Massalikoul Jinaan » comme un bien familial. C’est ce qui explique ce retard de sa réception. Son inauguration qui était prévue en 2016 et  a été, plusieurs fois, reportée. Nous ressentons, aujourd’hui, beaucoup de remords, de honte. Ils ont sucé le sang des disciples mourides. Ils faisaient de ces travaux un véritable fonds de commerce comme j’ai toujours eu à le  dénoncer», a dit, rageusement, Serigne Khassim Mbacké.