Mali, le coup d’état de trop, à qui le tour ?

Depuis son accession à l’indépendance, le Mali est le théâtre de coups d’État militaires à répétition. En effet, sur les sept présidents de la république malienne connus, quatre ont fait l’objet de coups d’État.

L’ histoire du pays est marqué d’abord par ce premier coups d’État en date du 19 novembre 1968 contre le président Modibo Keita, dirigé par le lieutenant Moussa Traoré devenu Général avant d’endosser à son tour la casquette de dirigeant jusqu’au 26 mars 1991. Cette date représentait un autre tournant car il s’agissait là du second coups d’État !! Moussa Traoré fut à son tour renversé. Le comité de transition pour le Salut du peuple présidé par Amadou Toumani Touré, pris également fin le 8 juin 1992.

Après son élection 2002, un troisième coup d’état est venu l’arracher du gouvernement le 22 mars 2012.
Mais il semble que le peuple malien n’a pas su tirer les leçons de ces différents coups d’états qui ont occasionné beaucoup d’arrestations et de morts. Les conséquences de ces crises politiques ont plongé le pays dans un KO et dans l’insécurité.

En ce mardi 18 août 2020, jour coutumier des coups d’État au Mali, le Président Ibrahim Boubacar Keita ainsi que certains membres de son gouvernement dont le ministre de l’économie et des finances sont arrêtés laissant place au quatrième coup d’État.

Pour rappel, la tension avait commencé quelques semaines plutôt avec les manifestations dirigées par l’Imam Dicko. Malgré les méditations de la Cedeao, le peuple semble encore vouloir se libérer du Président IBK qui avait des ambitions d’un troisième mandat !! Aujourd’hui nous en observons les conséquences. Mais comment le Mali en est il arrivé à cette situation ? Comment va t-il faire pour se sortir de cette zone de turbulence ?
Tout notre questionnement porte désormais sur le sort du Mali.
Face aux défis du moment ,face à la menace terroriste qui est encore très présente dans le pays et la crise sanitaire que vit le monde, inutile de souligner qu’une crise politique plongerait le Mali dans le KO total .
Un pays en guerre contre le terrorisme, affaibli par le Covid-19 sur le plan économique ,sanitaire et social ne peut se permettre de tomber dans une guerre politique.
L’avenir du Mali résident aujourd’hui en l’amélioration de l’ éducation de ses fils, la transparence dans la gestion du pays, l’installation d’une démocratie donnant la légitimité politique à chaque personne de son peuple, et ce peu importe son appartenance socio-culturelle.

Parti Union pour la Restauration des Valeurs URV
Ousmane FALL DIENG
Secrétaire national en charge des cadres